Maurras est censuré à Martigues
Refuser l’interdit jeté sur Maurras et sur sa maison à Martigues !

Refuser que Maurras soit rejeté de Martigues sous divers prétextes, que sa maison du Chemin de Paradis, si chargée de symboles et d’histoire, soit interdite aux visiteurs, que l’accès en soit refusé même aux équipes de télévision et aux journalistes, que l’existence de cette maison puisse être menacée, le tout en raison du sectarisme d’une certaine partie de l’équipe municipale (communiste), nous paraît être un devoir et une urgence, non seulement envers la mémoire de Charles Maurras, mais surtout envers les lettres françaises et le patrimoine philosophique et politique de notre pays. Enfin, envers Martigues dont Maurras est l’un des fils les plus illustres.

Lors d’un colloque à charge organisé à peu près sans public le 30 mai dernier au Mucem à Marseille, avec la participation d’un aréopage d’universitaires* proches de la mouvance municipale martégale citée plus haut, il a été affirmé que Maurras n’avait pratiquement pas vécu à Martigues et qu’il ne parlait pas le provençal … Cette dernière assertion apparaît à proprement parler ridicule : Maurras, disciple et ami de Mistral, était majoral du félibrige. Il n’aurait pu l’être s’il n’avait pas parlé et écrit le provençal. Son oeuvre, de sa jeunesse à sa mort, illustre, en maints ouvrages, en prose ou en vers, l’histoire et les beautés de Martigues. Son renom immense au cours du XXe siècle a immanquablement rejailli sur Martigues. Nous y reviendrons, preuves à l’appui.

La suite