La base paysanne et ouvrière de la Monarchie. Partie 1 : La base paysanne, une utopie ?
|

La base paysanne et ouvrière de la Monarchie. Partie 1 : La base paysanne, une utopie ?

Dans un de ses premiers textes politiques, le comte de Paris (1908-1999) écrivait : « Je ne conçois la Monarchie qu’avec une base ouvrière et paysanne  » (1). Or, le propos peut sembler, aujourd’hui, fort anachronique : le monde agricole est un secteur de l’économie qui n’emploie plus directement que 700.000 personnes environ (soit 3 % des actifs en France) quand il en comptait encore 6 % en 1995 et 40 % il y a un siècle (et un tiers de la population active dans les années trente, au moment du propos cité), et la civilisation paysanne a disparu dans les années 1950-1970, comme le souligne Henri Mendras dans son livre célèbre « La fin des paysans », publié en 1967 ; quant au monde ouvrier, alors qu’il compte environ 5 millions de salariés et d’entrepreneurs, il est devenu quasiment invisible dans la société médiatique, si ce n’est au moment de fermetures d’usines, souvent délocalisées pour des raisons spéculatives, et lorsque les « jetés à la rue » se rebiffent en brisant quelques ordinateurs ou en séquestrant quelques liquidateurs. Une base plutôt fragile pour une hypothétique Monarchie, pourrait-on ironiser…

Et pourtant ! Le propos ancien du comte de Paris ne me semble pas à jeter aux oubliettes mais bien plutôt à repenser et à réactualiser, sans céder ni à la nostalgie ni à la survalorisation « classiste » comme celle que faisaient les maoïstes des années 60-70.

La suite