La France et son système monarchique d’aujourd’hui

La France et son système monarchique d’aujourd’hui

Certains clichés, par leur répétition, gagnent en notoriété médiatique ce qu’ils perdent en rectitude historique. La France n’est pas seulement le pays des Droits de l’Homme (& de la femme – à l’époque on l’avait oublié, son existence légale n’étant pas celle d’aujourd’hui) ; la France est aussi cette nation où se développa, non sans se modifier et s’affirmer au fil de huit siècles (et ce, malgré les différentes guerres qui permirent de maintenir l’intégrité de ses frontières), un système monarchique harmonieux. La France réelle aime à s’en souvenir, qui ne manque pas une occasion de manifester son attachement ou, à tout le moins, sa fascination pour la royauté. Y compris – c’est un comble ! – pour celle de notre meilleure ennemie, l’Angleterre, où le moindre jubilé, le moindre mariage, le moindre baptême suscitent un enthousiasme qui peut paraître étrange dans le pays qui coupa la tête à son roi il y a deux siècles. A moins que ce ne soit le contraire, et que les Français tentent ainsi d’expier le crime de leur ancêtres en saluant la pérennité du système monarchique de leurs voisins d’outre-Manche, d’Espagne ou du Luxembourg.

Ces sentiments monarchiques plus ou moins conscients et assumés relèvent sans doute des ordres purement symbolique, nostalgique ou historique transmises de génération en génération, mais ils disent bien aussi, à leur manière, par effet de miroir, la période de doute profond qui imprègne les esprits français. A défaut de savoir où ils vont, nos compatriotes se rassurent en sachant d’où ils viennent, avec ce souhait de connaître sa généalogie et l’augmentation des « cousinades » en France. Les traductions de ces phénomènes sont nombreuses. Ainsi de l’établissement que suscite encore le domaine de Versailles, les châteaux de Loire ou la gouvernance du général de Gaulle, monarque républicain absolu. Ou des excellents chiffres d’audience des émissions audiovisuelles présentés par Stéphane Bern, Lorànt Deutsch ou Franck Ferrant, comme la profusion de dossiers consacrés aux vertus de la monarchie dans les journaux et les magazines les plus incontestablement républicains. A cela comment ne pas ajouter le succès en librairie jamais démenti de ces biographies de figures ou de dynasties royales signées Simone Bertière, Jean-Christian Petitfils, Jean des Car, Michel de Decker ou notre ami Frederic de Natal.

La suite