Kiel et Tan­ger de Charles Maur­ras : essai géos­tra­té­gique vision­naire et source intel­lec­tuelle de la V<sup class="ordinal">ème</sup> République

Kiel et Tan­ger de Charles Maur­ras : essai géos­tra­té­gique vision­naire et source intel­lec­tuelle de la Vème République

La consti­tu­tion de 1958, fixant les bases de la Vème Répu­blique, n’est pas née uni­que­ment de la guerre d’Algérie et de la crise ins­ti­tu­tion­nelle qui secouaient alors la France. Elle est avant tout fille de la pen­sée poli­tique du géné­ral de Gaulle qui a syn­thé­ti­sé les mou­ve­ments natio­na­listes et monar­chistes à la croi­sée des siècles. Ain­si, Kiel et Tan­ger, l’essai géo­po­li­tique de Charles Maur­ras, paru en 1910, appa­raît comme une source d’inspiration de la Vème Répu­blique. Le livre déve­loppe éga­le­ment une puis­sante ana­lyse de la poli­tique euro­péenne d’avant la Pre­mière Guerre Mondiale.

Charles Maur­ras incarne, sur la bous­sole de notre monde poli­tique, une droite hon­nie, réac­tion­naire et hos­tile à la Répu­blique que la classe diri­geante regarde aujourd’hui avec défiance. Pour­tant, son œuvre, tom­bée dans l’oubli, n’est pas une suc­ces­sion de textes hai­neux et d’appels aux pogroms. Mal­gré un anti­sé­mi­tisme assu­mé, qui n’est pas le cœur de sa réflexion, la lec­ture de Maur­ras reste pré­cieuse pour celui qui s’intéresse à l’histoire des idées et de la poli­tique fran­çaise. Ses écrits monar­chistes ont en effet struc­tu­ré une par­tie de la droite fran­çaise et ins­pi­ré para­doxa­le­ment la consti­tu­tion de la Répu­blique sous laquelle nous vivons actuellement.

D’une alliance à l’autre

La thèse de Kiel et Tan­ger est simple : seule la monar­chie est capable de diri­ger la France car la Répu­blique est impuis­sante à mener une vraie poli­tique étran­gère, stable et libé­rée des pas­sions poli­tiques. Dans une période agi­tée par la riva­li­té fran­co-alle­mande, la France risque de céder à l’instabilité poli­tique. Celle-ci la mine de l’intérieur et la rend impuis­sante à l’extérieur. Afin d’illustrer sa thèse, le chantre du « natio­na­lisme inté­gral » ana­lyse le ren­ver­se­ment d’alliance qui s’opère dans la poli­tique étran­gère fran­çaise entre les deux bornes chro­no­lo­giques que sont la ren­contre au large de Kiel entre les escadres russes, alle­mandes et fran­çaises, en 1895, et le coup de Tan­ger, évé­ne­ment poli­tique majeur pro­vo­qué par l’arrivée sur­prise de l’empereur alle­mand au Maroc en 1905.

La suite