Stéphane Blanchonnet
L’économisme

Dans la pensée antique, la distinction entre l’ordre de la politique (de polis, la cité) et l’ordre de l’économie (de oikos, la maison) est très nette, ainsi que la subordination de celui-ci à celui-là. C’est que, selon la formule d’Aristote, la politique est non seulement architectonique par rapport à l’éthique (sans la cité pour protéger les personnes, pas de vie morale) mais également par rapport à l’économie (pas de production et d’échanges sans ordre, sans paix et sans loi).

À l’époque moderne, les valeurs semblent s’être inversées : les premiers économistes libéraux comme leurs premiers contradicteurs socialistes (Marx notamment) ont accordé la première place à l’économie ; la politique n’étant à leurs yeux qu’une superstructure exprimant sous une forme différente des rapports foncièrement économiques. Les crises régulières du capitalisme (crises financières, crises de surproduction, guerres, accroissement inédit des inégalités, même dans l’abondance) et l’échec patent du communisme du côté du socialisme, n’ont hélas pas mis un terme à cette croyance dans notre post-modernité. La « gouvernance » des taux (de croissance, de chômage etc) dont le modèle est la gestion d’entreprise a en effet pris le pas sur le gouvernement des hommes.

La suite