Les citoyens majeurs et les institutions politiques. Partie 2 : La possibilité de la démocratie directe en Monarchie fédérative.
|

Les citoyens majeurs et les institutions politiques. Partie 2 : La possibilité de la démocratie directe en Monarchie fédérative.

Mon jeune interlocuteur signale l’incompatibilité qui existe, selon lui, entre des institutions monarchiques (et dans le cas de la France, royales, héréditaires par ordre de primogéniture) et la démocratie : « (…) Le « délice » de pouvoir, en tant que citoyen, prendre les rênes d’une nation pour faire advenir un peuple d’êtres libres. Et pour moi, la démocratie a cette vertu qu’ignore la monarchie. Ou plutôt, j’aimerai préciser ma pensée, plus que de « prendre les rênes d’une nation » qui revient à fétichiser un peu trop le rôle du président de la République, je crois au libre arbitre d’une nation toute entière à « disposer d’elle-même », à accomplir, sans craindre la formule trop pompeuse, son destin. » Sans doute, pour répondre, faut-il définir exactement ce que les termes et notions, concepts, signifient et révèlent, car le débat politique est souvent, aussi, une mise au point sur le vocabulaire, ne serait-ce que pour éviter les incompréhensions et les confusions.

Ainsi, quel sens donner, ici, au mot « démocratie » ? S’agit-il d’un système politique qui repose sur la seule loi de la majorité ? Ou d’un régime qui fait de la liberté sa condition première ou qui se confond avec l’exercice de celle-ci sous toutes (ou presque) ses formes ? En somme, « majorité » ou « liberté », ou les deux à la fois, ce qui, en soi, peut paraître contradictoire.

La suite