Le communautarisme

Le communautarisme

Parce qu’elle est contre-révolutionnaire, l’AF critique la conception individualiste de la société qui prévaut dans l’idéologie libérale : là où la République ne voit que des Individus et l’État, nous considérons que ce sont les familles, les communes, les provinces, les métiers, les églises, qui sont les véritables membres et organes du corps social. Mais l’accent mis sur la communauté, facteur d’enracinement, plutôt que sur l’individu, ne doit pas être considéré comme un dogme absolu pour au moins trois raisons.

D’abord, la pensée de Maurras se situe dans l’Histoire. Contrairement à certains tenants des sociétés holistes contre les société individualistes, les maurrassiens n’érigent pas cette opposition en système. Nous n’invitons pas nos membres à vivre en autarcie dans des communautés figées ou à considérer n’importe quelle société primitive, aussi fruste soit-elle, comme supérieure à la société moderne, sous prétexte qu’elle serait moins individualiste. De même notre régionalisme a pour but de corriger le jacobinisme pour renforcer l’identité nationale à l’intérieur de l’ensemble français, pas d’ouvrir la voie aux séparatismes.

Ensuite, nous prenons acte des bouleversements introduits par l’exode rural, la baisse de la pratique religieuse catholique, le recul des métiers des secteurs primaires et secondaires. La post-modernité a ébranlé le « pays réel » plus radicalement en cinquante ans que le jacobinisme en un siècle et demi. Le ré-enracinement ne peut donc pas seulement être proclamé. Il faut en repenser les modalités.

La suite