Les citoyens majeurs et les institutions politiques. Partie 1 : Quand la République confisque les libertés concrètes.
|

Les citoyens majeurs et les institutions politiques. Partie 1 : Quand la République confisque les libertés concrètes.

Un jeune interlocuteur m’interpelle courtoisement sur la double question de l’institution monarchique et de la démocratie, et me signale son désaccord avec mon royalisme : « Je ne suis pas royaliste et je pense que le devenir des peuples est celui de la majorité et non celui de rester un peuple de « mineurs ». (…) Je voudrais seulement arrêter votre réflexion sur le « délice » de pouvoir, en tant que citoyen, prendre les rênes d’une nation pour faire advenir un peuple d’êtres libres. Et pour moi, la démocratie a cette vertu qu’ignore la monarchie. Ou plutôt, j’aimerais préciser ma pensée, plus que de « prendre les rênes d’une nation » qui revient à fétichiser un peu trop le rôle du président de la République, je crois au libre arbitre d’une nation toute entière à « disposer d’elle-même », à accomplir, sans craindre la formule trop pompeuse, destin. » En quelques lignes, mon interlocuteur résume quelques unes des objections fortes que l’opinion fait généralement à la Monarchie, et voici l’occasion d’ébaucher quelques réponses, éminemment royalistes, bien sûr !

La suite