Jean-François Mattei : « Nous sommes de fait dans une société eugénique »

Jean-François Mattei est ancien président de la Croix Rouge française (2004-2013), professeur de pédiatrie et de génétique médicale et membre de l’Académie nationale de médecine. mattei

FIGAROVOX.- Dans votre livre « Questions de conscience », vous défendez la nécessité de l’éthique dans notre société, et revendiquez une certaine « tension morale ». Comment définir l’éthique ? En quoi diffère-t-elle justement de la morale ?

Jean-François MATTEI.- L’éthique, qu’on trouve déjà dans l’antiquité chez Aristote, a ressurgi après la seconde guerre mondiale. Après Auschwitz, Hiroshima, le goulag, l’homme s’est interrogé sur son humanité sans trouver de réponses évidentes. Or, l’éthique est précisément un questionnement sur un sujet où il n’y a pas de réponse tranchée. C’est ce qui diffère l’éthique de la morale : la morale est intangible et inconditionnelle. Ses principes tels que « tu ne tueras point » apportent la réponse avant que la question se pose. À l’inverse l’éthique s’applique à des situations où il n’y a pas de réponses mais un dilemme, un « cas de conscience ». C’est en somme la formule par laquelle Camus définit l’essence de la tragédie « Antigone a raison et Créon n’a pas tort ». Que faire ?

« Toute pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est interdite ». Est-il inscrit dans notre Code civil depuis 1994. Cela n’empêche pas par exemple que 95 % des trisomiques soient éliminés après diagnostic préimplantatoire. Existe-t-il un eugénisme de fait dans notre société ?

Dans mon esprit, il n’est pas question de juger une femme ou un couple qui après avoir appris qu’ils attendaient un enfant porteur de la trisomie 21, décident d’interrompre la grossesse. On a toujours assez de forces pour supporter les maux d’autrui. Il faut respecter cette liberté, qui est individuelle. En revanche, un eugénisme d’État, par essence politique, n’est pas acceptable, sauf à organiser une société fondée sur la discrimination des êtres humains pour ne garder que les meilleurs. Mais, quand 95 personnes sur 100 font le choix individuel d’interrompre la grossesse d’un trisomique 21, la somme des choix individuels dessine une société eugénique. Nous sommes donc de fait dans une société eugénique nourrissant le projet de l’enfant sain et parfait. C’est cela qu’il faut combattre. J’insiste sur ce point pour montrer que cela justifie tous les efforts de la recherche médicale. L’idéal à atteindre est bien de soigner plutôt que d’éliminer. Dès lors qu’on pourra proposer à une femme ou un couple de corriger l’anomalie génétique de leur enfant, on peut espérer que le problème sera réglé.

La suite