Plus de 2 000 CRS se rendent indis­po­nibles pour pro­tes­ter contre la fis­ca­li­sa­tion de leur indem­ni­té d’éloignement

Plus de 2 000 CRS se rendent indis­po­nibles pour pro­tes­ter contre la fis­ca­li­sa­tion de leur indem­ni­té d’éloignement

« Il y a un ras le bol géné­ral du manque de recon­nais­sance. En moyenne, les CRS sont 180 jours en dépla­ce­ment. Pour com­pen­ser l’ab­sence tem­po­raire du domi­cile, une somme de 39 euros par jour est ver­sée. En 2016, il y a eu une reva­lo­ri­sa­tion : elle était de 30 euros aupa­ra­vant. Cette année, le gou­ver­ne­ment a sou­hai­té fis­ca­li­ser cette indem­ni­té », explique à fran­cein­fo Didier Man­gione, secré­taire régio­nal de l’U­ni­té SGP Police FO à Lyon. « Les agents sont déjà très soli­ci­tés depuis l’at­ten­tat à Char­lie Heb­do et le plan vigi­pi­rate, ajoute le syn­di­ca­liste. Ils dépassent sou­vent les 200 jours de dépla­ce­ment. Ils sont hyper cre­vés ».

La suite