Guy La Chambre et Jacques Renou­vin : duel pour l’honneur à Saint-Malo

Guy La Chambre et Jacques Renou­vin : duel pour l’honneur à Saint-Malo

Guy La Chambre est assu­ré­ment un homme poli­tique à part, à la croi­sée des che­mins. Fils et petit-fils de dépu­té, il est l’incarnation de ces dynas­ties poli­tiques qui paraissent rele­ver d’une sorte de sur­vi­vance de l’Ancien régime. Mais il est éga­le­ment une per­sonne réso­lu­ment ancrée dans la moder­ni­té, comme en témoigne son mariage très people avec la chan­teuse Cora Madou et bien enten­du son bilan poli­tique, à com­men­cer par la fusion qui lui doit beau­coup dans les années 1960 des trois com­munes de Saint-Malo, Saint-Ser­van et Para­mé. Pour autant, une affaire dit bien com­bien Guy La Chambre appar­tient d’une cer­taine manière à une époque alors révo­lue : le duel qui l’oppose le 30 sep­tembre 1934, sur l’hippodrome de Mar­ville, à Saint-Malo, à l’avocat pari­sien Jacques Renouvin.

Tout com­mence deux jours plus tôt, le 28 sep­tembre 1934, non loin du monu­ment aux morts de Saint-Ser­van, vers 13 h30, dans la rue Ville Pépin conges­tion­née par un embou­teillage. L’avocat au bar­reau de Paris Jacques Renou­vin recon­nait la voi­ture du dépu­té-maire de la ville Guy La Chambre, sort de son véhi­cule et souf­flette de deux coups de gants au visage le par­le­men­taire. L’Ouest-Eclair, qui a mani­fes­te­ment du mal à rendre compte de cet inci­dent aus­si énig­ma­tique qu’incongru, affirme que l’assaillant « lui lan­ça ses deux gants par la figure, lui rap­pe­lant avec véhé­mence la nuit du 6 février »1, célèbre soi­rée d’émeutes pari­siennes et véri­table séisme poli­tique aux mul­tiples répliques. Dont cette scène et ce qui suit.

La suite