Ouverture de la PMA : un projet régressif

Ouverture de la PMA : un projet régressif

La secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Martin BUREAU/AFP

Le gouvernement a annoncé l’extension de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes homosexuelles. Madeleine de Jessey dénonce un faux progrès guidé par « passion aveugle pour l’abolition de différences de nature ».

Violation du droit des enfants, paradoxe d’un désir d’enfant qui conduirait à priver délibérément ce même enfant de son père, constitution d’un véritable marché de la procréation en l’absence de dons de gamètes suffisants, problématiques du remboursement de ces pratiques par une solidarité nationale déjà fortement sollicitée, transformation des médecins en simples prestataires de services, nouvelle étape franchie vers la légalisation du recours aux mères-porteuses au nom du même principe de « non-discrimination »…

Les raisons de s’opposer avec la plus grande fermeté à la volonté d’Emmanuel Macron d’ouvrir l’AMP aux couples de femmes et aux femmes seules sont multiples, elles relèvent du bon sens et ont été exposées avec brio, ces derniers jours, par un très grand nombre d’intellectuels, de militants et d’associations, de droite comme de gauche, auxquels nous souhaitons redire ici toute notre gratitude et notre soutien.

La suite