Ouver­ture de la PMA : un pro­jet régressif

Ouver­ture de la PMA : un pro­jet régressif

La secré­taire d’E­tat char­gée de l’E­ga­li­té entre les femmes et les hommes, Mar­lène Schiap­pa. Mar­tin BUREAU/AFP

Le gou­ver­ne­ment a annon­cé l’ex­ten­sion de la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes homo­sexuelles. Made­leine de Jes­sey dénonce un faux pro­grès gui­dé par « pas­sion aveugle pour l’a­bo­li­tion de dif­fé­rences de nature ».

Vio­la­tion du droit des enfants, para­doxe d’un désir d’en­fant qui condui­rait à pri­ver déli­bé­ré­ment ce même enfant de son père, consti­tu­tion d’un véri­table mar­ché de la pro­créa­tion en l’ab­sence de dons de gamètes suf­fi­sants, pro­blé­ma­tiques du rem­bour­se­ment de ces pra­tiques par une soli­da­ri­té natio­nale déjà for­te­ment sol­li­ci­tée, trans­for­ma­tion des méde­cins en simples pres­ta­taires de ser­vices, nou­velle étape fran­chie vers la léga­li­sa­tion du recours aux mères-por­teuses au nom du même prin­cipe de « non-discrimination»…

Les rai­sons de s’op­po­ser avec la plus grande fer­me­té à la volon­té d’Em­ma­nuel Macron d’ou­vrir l’AMP aux couples de femmes et aux femmes seules sont mul­tiples, elles relèvent du bon sens et ont été expo­sées avec brio, ces der­niers jours, par un très grand nombre d’in­tel­lec­tuels, de mili­tants et d’as­so­cia­tions, de droite comme de gauche, aux­quels nous sou­hai­tons redire ici toute notre gra­ti­tude et notre soutien.

La suite