Jean-Fré­dé­ric Pois­son : « Emma­nuel Macron nous ramène au libé­ra­lisme du XIX<sup class="ordinal">e</sup> siècle ! »

Jean-Fré­dé­ric Pois­son : « Emma­nuel Macron nous ramène au libé­ra­lisme du XIXe siècle ! »

Jean-Fré­dé­ric Pois­son, pré­sident du par­ti chré­tien démo­crate (PCD)©M‑J.FREY-RESERVOIRPHOTO

En bal­lot­tage défa­vo­rable dans la 10e cir­cons­crip­tion des Yve­lines face à Aurore Ber­gé, le dépu­té sor­tant Jean-Fré­dé­ric Pois­son appelle à un sur­saut de « tous ceux qui veulent lut­ter contre la casse sociale et pro­té­ger les plus petits ». Le pré­sident du Par­ti chré­tien-démo­crate (PCD) tend notam­ment la main aux élec­teurs de la France Insoumise.

Com­ment expli­quez-vous un tel raz-de-marée en faveur des can­di­dats d’Emmanuel Macron dans les bas­tions tra­di­tion­nels de la droite, y com­pris dans votre circonscription ?

Il y a de nom­breux fac­teurs. Tout d’abord, c’est la queue de comète des ter­ribles sanc­tions qui ont frap­pé la droite : elle s’est mon­trée inca­pable de répondre aux attentes des Fran­çais, et par consé­quent d’atteindre le second tour de la pré­si­den­tielle. Le dis­cré­dit de Fran­çois Fillon est encore très dif­fus. Dans la cohorte des abs­ten­tion­nistes, il y a pro­ba­ble­ment beau­coup d’électeurs de droite. Le résul­tat s’explique éga­le­ment par la volon­té des Fran­çais de don­ner à Emma­nuel Macron une majo­ri­té, tout en ne sachant pas à quoi elle va ser­vir. Il faut recon­naître que son entrée pré­si­den­tielle est assez réus­sie pour le moment. Enfin, ce vote béné­fi­cie du trouble sus­ci­té par des figures de droite, comme Alain Jup­pé et Jean-Pierre Raf­fa­rin, qui apportent un sou­tien à peine mas­qué à Emma­nuel Macron.

La suite