You are currently viewing Légis­la­tives

Légis­la­tives

D’abord, nous assis­tons à mi-che­min de ces élec­tions légis­la­tives inédites au triomphe de l’abstentionnisme avec plus de 5O% des ins­crits qui auront bou­dé les urnes. Même si ce genre de scru­tin n’est pas connu pour remuer les foules, on n’avait jamais consta­té aupa­ra­vant une telle iner­tie chez nos compatriotes.
D’après les savantes ana­lyses de nos poli­to­logues et autres ins­ti­tuts de son­dage, il sem­ble­rait que le plus haut taux de par­ti­ci­pa­tion serait en faveur des listes de la « Répu­blique en Marche » : 75%. Sui­vi loin der­rière par Les Répu­bli­cains (immo­biles ?) et les autres listes ont encore davan­tage souf­fert de la désaf­fec­tion des Français.
Même s’il est logique que les par­ti­sans du nou­veau pré­sident béné­fi­cient de la dyna­mique de la cam­pagne pré­si­den­tielle, une majo­ri­té sans pré­cé­dent est en train de se des­si­ner à l’assemblée pour Emma­nuel Macron.
Faut il y voir, d’une part un grand abat­te­ment de nos com­pa­triotes désa­bu­sés par la poli­tique telle qu’elle se pra­tique dans notre pays depuis des décen­nies ? Et d’autre part la volon­té expri­mée par ceux qui y croient encore, de per­mettre à Macron de dérou­ler sa poli­tique sans être encom­bré par une oppo­si­tion trop forte ?
C’est le vieux reflexe « roya­liste » des élec­teurs fran­çais, ins­crit dans leurs gênes , qui croient tenir l’espace d’un temps, sou­vent très court, après l’élection pré­si­den­tielle , l’homme pro­vi­den­tiel qui condui­ra imman­qua­ble­ment le pays vers la sor­tie de crise.
Hol­lande est cer­tai­ne­ment le seul de nos pré­si­dents à n’avoir pas béné­fi­cié de cet état de grâce.

La suite