Atten­tat de Man­ches­ter : la police sur les traces du réseau djihadiste

Atten­tat de Man­ches­ter : la police sur les traces du réseau djihadiste

La police conti­nue de cher­cher des preuves et a pro­cé­dé à huit inter­pel­la­tions. Cré­dits pho­to : ANDREW YATES/REUTERS

Trois jours après l’at­ten­tat sui­ci­de­qui a tué 22 per­sonnes à l’A­re­na de Man­ches­ter, l’en­quête pro­gresse. La police man­cu­nienne tente désor­mais de retra­cer le par­cours de Sal­man Abe­di, le jeune Bri­tan­nique de 22 ans, d’o­ri­gine libyenne , connu des ser­vices de ren­sei­gne­ments du MI5.

Les enquê­teurs pensent qu’il aurait récem­ment voya­gé en Syrie, puis en Libye, où vivait sa famille. Selon les auto­ri­tés bri­tan­niques, il aurait effec­tué un court séjour à Düs­sel­dorf, en Alle­magne, quatre jours seule­ment avant l’at­taque. Des images de vidéo­sur­veillance prouvent qu’il se trou­vait au centre com­mer­cial d’Arn­dale à Man­ches­ter aux alen­tours de 20 heures, trois jours avant l’attaque.

Huit hommes et une femme ont été arrê­tés depuis lun­di soir, y com­pris le frère aîné d’A­be­di, Ismaïl, âgé de 23 ans. La jeune femme a été libé­rée sans pour­suite. Le plus jeune frère de Sal­man Abe­di, Hashem, âgé de 20 ans, ain­si que son père, Rama­dan Abe­di, seraient éga­le­ment déte­nus par des forces spé­ciales liées au minis­tère de l’In­té­rieur dans la capi­tale libyenne de Tri­po­li. D’a­près les auto­ri­tés libyennes, Hashem Abe­di était connu des ser­vices de ren­sei­gne­ments libyens, notam­ment pour ses liens avec l’or­ga­ni­sa­tion État isla­mique, mais les auto­ri­tés bri­tan­niques n’ont pas encore confir­mé ces informations.

S’ex­pri­mant mer­cre­di, le chef de la police de Man­ches­ter, Ian Hop­kins, a décla­ré qu’il s’a­gis­sait bien d’un réseau ter­ro­riste et que Sal­man Abe­di n’a­vait pas agi seul. Le mode opé­ra­toire de l’at­taque ain­si que la fabri­ca­tion arti­sa­nale de la bombe laissent à pen­ser que plu­sieurs per­sonnes, dont un arti­fi­cier, étaient impliquées.

La suite