L’erreur de vocabulaire de M. Mélenchon.
CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), default quality

L’erreur de vocabulaire de M. Mélenchon.

La Monarchie est souvent citée en ce moment, querelle présidentielle oblige,  mais il y a erreur des partisans de la Sixième République sur le sens et la portée de ce mot et des institutions qu’elle peut définir en France. La « monarchie présidentielle » évoquée par M. Mélenchon n’est pas une monarchie au sens historique du terme, elle n’en est que la caricature, et elle semble être une monocratie quinquennale renouvelable plutôt qu’une monarchie héréditaire et successible telle que l’a connue la France et telle que les royalistes le souhaitent.

La monocratie, c’est le pouvoir d’un homme de parti qui gouverne sans autre légitimité que celle, provisoire et désormais toujours contestée, du suffrage universel, que cela soit directement ou par le biais de la représentation démocratique et parlementaire. Le président peut se croire Antigone, mais il n’est que Créon, et il manque à l’élu, parfois présenté comme « homme providentiel », cette hauteur donnée par la liberté originelle de la Couronne qu’elle doit à son mode de transmission, la succession héréditaire. Né fils de roi et « presque roi », devenu entièrement roi par l’effacement de son prédécesseur (par la mort ou le renoncement), le monarque ne doit rien aux intrigues et aux alliances électorales, et il peut, au cours de son règne, « supporter » (mais non pas soutenir, gare à la confusion !) des gouvernements de tendance différente et antagoniste de l’un à l’autre, sans être soumis à l’un comme à l’autre. L’indépendance royale, dans la Monarchie à la française, n’est pas un obstacle à la direction du pays mais une garantie de la continuité de l’État et de sa permanence malgré les aléas de la vie politique et parlementaire : un gouvernement peut tomber, avoir failli ou être en difficulté, la magistrature suprême de l’État est toujours là, visible et active. C’est une présence rassurante en des temps qui le sont moins…

La suite