La sau­ve­garde du patri­moine, un enjeu français.
|

La sau­ve­garde du patri­moine, un enjeu français.

Le Loto du patri­moine se déroule cette semaine et devrait rap­por­ter envi­ron 15 à 20 mil­lions d’eu­ros pour par­ti­ci­per à la res­tau­ra­tion de 270 sites en péril : cela peut sem­bler déri­soire au regard des enjeux et de l’im­por­tance de ce qui fait nos pay­sages his­to­riques et l’i­den­ti­té de la France tout autant que sa mémoire vive. Mais, même si les sommes res­tent beau­coup trop modestes, c’est tou­jours mieux que rien et, sur­tout, c’est l’oc­ca­sion de mettre en valeur quelques élé­ments de la richesse fran­çaise et de sa civi­li­sa­tion bimil­lé­naire, et de rap­pe­ler à nos contem­po­rains que nous sommes des héri­tiers, que nous le vou­lions ou non.

Cette opé­ra­tion inter­vient au moment où le Bré­sil pleure son patri­moine détruit lors de l’in­cen­die de l’an­cien palais impé­rial deve­nu Musée natio­nal à Rio de Janei­ro. « Créé en 1818 par le roi por­tu­gais João VI, il abri­tait notam­ment le sque­lette de Luzia, plus ancien humain décou­vert dans le pays, datant d’en­vi­ron 11.000 ans », rap­porte Le Péle­rin dans son édi­tion du 6 sep­tembre, et envi­ron 20 mil­lions de pièces conser­vées en cet endroit ont dis­pa­ru en une seule nuit, n’en lais­sant que cendres et regrets, colère aus­si. Les rai­sons qui expliquent, non pas l’in­cen­die mais son ampleur et ses consé­quences dévas­ta­trices, sont émi­nem­ment poli­tiques, comme « les coupes bud­gé­taires déci­dées par le gou­ver­ne­ment libé­ral et affec­tant, entre autres, l’en­tre­tien du bâti­ment ». Cela doit nous aler­ter sur la pré­ca­ri­té de ce qui est face aux évé­ne­ments tou­jours pos­sibles de l’in­cen­die, du van­da­lisme ou du vol, et nous inci­ter à prendre quelques pré­cau­tions et quelques ini­tia­tives pour pré­ser­ver, entre­te­nir et, sur­tout, valo­ri­ser ce que nous pos­sé­dons comme patri­moine phy­sique, mais sans jamais négli­ger « l’es­prit des choses », ce patri­moine imma­té­riel et sym­bo­lique qui donne du sens aux monu­ments et aux objets d’hier et d’avant-hie

La suite