Les vigne­rons du Midi « jettent une grosse bou­teille dans la campagne »

Les vigne­rons du Midi « jettent une grosse bou­teille dans la campagne »

Les vigne­rons mani­fes­taient hier à Nar­bonne pour inter­pel­ler les can­di­dats à l’é­lec­tion pré­si­den­tielle. Cré­dits pho­to : RAYMOND ROIG/AFP

Réunis same­di à Nar­bonne pour mani­fes­ter, ils dénoncent notam­ment l’U­nion euro­péenne, la grande dis­tri­bu­tion et la concur­rence déloyale des vins espagnols.

« La colère monte chaque jour d’un cran » : de 1500 à 4000 vigne­rons, selon les sources, ont mani­fes­té same­di à Nar­bonne pour inter­pel­ler les can­di­dats à la pré­si­den­tielle et récla­mer la fin de la « concur­rence déloyale » des vins espa­gnols. Sur une estrade ins­tal­lée au pied de l’hô­tel de ville de Nar­bonne, Fré­dé­ric Roua­net, pré­sident du Syn­di­cat des vigne­rons de l’Aude, a haran­gué des mani­fes­tants venus de tout le Midi viti­cole, des Pyré­nées-Orien­tales au Gard, en pas­sant par l’Hérault.

« Notre patience a des limites », a lan­cé le numé­ro un du pre­mier syn­di­cat de vigne­rons en France, qui reven­dique 4000 adhé­rents. « Nous sommes venus jeter une grosse bou­teille de vin dans la cam­pagne élec­to­rale », a ajou­té le syn­di­ca­liste. « Si les can­di­dats ne nous écoutent pas, les dis­cours chan­ge­ront après les ven­danges », a‑t-il averti.

« Vous ne pou­vez plus nous lais­ser seuls face à la folie du pro­fit. L’Eu­rope a‑t-elle été faite pour nous pro­té­ger ou pour nous tuer ? », a ajou­té Roua­net. Il a dénon­cé des impor­ta­tions de vin qui « ne cessent de pro­gres­ser » et une grande dis­tri­bu­tion qui « vend des vins espa­gnols maquillés en vins français ».

La suite