Don Camillo censuré

On n’a pas tellement l’occasion de sourire en ce moment. Raison de plus pour ne pas bouder son plaisir avec l’affaire de l’affiche pour le denier du culte du diocèse de Gap. Cette affiche a été, en effet, interdite, parce que l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité n’a pas du tout apprécié sa charge humoristique, pourtant bien innocente : « Votez Jésus-Christ, le seul qui n’a jamais changé de programme. » L’affiche est illustrée par un dessin représentant Fernandel dans son personnage inoubliable de Don Camillo, avec une bulle lui faisant dire : « Seigneur, combien de voix allez vous obtenir cette année pour le denier ? » Le dessinateur aurait pu adjoindre à Don Camillo son partenaire inséparable, Peppone, le maire communiste, interprété par l’excellent Gino Cervi. La charge aurait été un peu plus corsée.

Mgr Jean-Michel Di Falco a annoncé l’interdiction de son affiche, qui serait de nature à tourner en dérision les politiques. Le grief est bien étrange. Autant interdire à tous les caricaturistes de France et de Navarre de brocarder quotidiennement nos politiques et envoyer à l’agence nationale pour l’emploi l’abondante bande d’amuseurs qui sévissent sur nos radios et télévisions. L’évêque de Gap a bien eu raison de passer outre à l’interdiction, en déclarant : « On verra si on a des problèmes et on fera face ! » Mais l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité s’est aussi justifiée par des arguments techniques, en relevant l’absence « d’autorisation préalable des ayants-droits de Fernandel pour l’utilisation d’une référence à Don Camillo  ».

La suite