Enquête ouverte sur une soi­rée à Las Vegas avec Macron en vedette

Enquête ouverte sur une soi­rée à Las Vegas avec Macron en vedette

Le par­quet de Paris a ouvert lun­di une enquête pré­li­mi­naire pour favo­ri­tisme por­tant sur l’or­ga­ni­sa­tion d’une coû­teuse soi­rée de pro­mo­tion des start-ups fran­çaises, à Las Vegas, en jan­vier 2016, a appris Reu­ters ce mar­di de source judiciaire.
Cette pro­cé­dure ne vise pas Emma­nuel Macron, qui avait alors ren­con­tré des entre­pre­neurs, mais « est sus­cep­tible de mettre en cause « l’or­ga­nisme de pro­mo­tion Busi­ness France   et l’a­gence Havas, res­pon­sables de l’or­ga­ni­sa­tion, pré­cise-t-on. L’en­quête est ouverte pour favo­ri­tisme, com­pli­ci­té et recel.

Le Canard enchaî­né avait évo­qué la semaine der­nière des soup­çons entou­rant l’or­ga­ni­sa­tion de cette soi­rée , qui s’é­tait tenue à l’oc­ca­sion du Salon CES de l’élec­tro­nique grand public.

Emma­nuel Macron, alors ministre de l’E­co­no­mie, avait été la vedette de cette mani­fes­ta­tion à plus de 380.000 euros, dont 100.000 euros d’hô­tel pour les invi­tés, selon les chiffres rele­vés par le Canard enchaîné.

D’a­près le jour­nal, cette opé­ra­tion avait été mon­tée à la demande du cabi­net du ministre et confiée à Havas par Busi­ness France, sans appel d’offres, ce qui « est sus­cep­tible de rele­ver du délit de favo­ri­tisme », écrit l’Ins­pec­tion géné­rale des finances (IGF) dans un rap­port cité par le Canard enchaîné.