Le groupe UMP du Sénat soupçonné d’avoir produit des emplois fictifs à la chaîne

Le groupe UMP du Sénat soupçonné d’avoir produit des emplois fictifs à la chaîne

Entre 2002 et 2014, le groupe UMP du Sénat serait passé maître dans l’art de mettre du beurre dans les épinards. – WITT/SIPA

 

Selon le JDD, un système d’emplois fictifs d’assistants parlementaires et de “reliquat” au Palais du Luxembourg auraient permis de détourner quelque 100 000 euros chaque mois entre 2002 et 2014.

On connaissait déjà l’astucieux système   mis en place par l’ancien groupe UMP du Sénat pour rétrocéder aux sénateurs du parti des crédits théoriquement alloués à des assistants parlementaires. L’enquête du juge René Cros est en train de mettre au jour un système encore plus vaste.

De nouvelles révélations viennent en effet confirmer ce 12 mars l’instauration d’un dispositif très organisé au sein de l’ancien groupe UMP du Palais du Luxembourg destiné à “sortir” de fortes sommes en liquide tous les mois. De l’argent qui aurait atterri en partie dans la poche des sénateurs.

Comptabilité clandestine

Dans son édition du jour, le JDD  s’appuie sur l’enquête du juge Cros pour affirmer que le groupe UMP du Sénat a organisé “un système d’emplois fictifs” d’assistants parlementaires entre 2002 et 2014 pour le compte d’“une dizaine” de ses membres. Le juge s’appuie sur une “comptabilité clandestine” précise du groupe UMP découverte à l’occasion d’une perquisition au Palais du Luxembourg pour décortiquer la manœuvre.

La suite