You are currently viewing Michel Bar­nier : Que signi­fie son revi­re­ment spec­ta­cu­laire sur l’immigration et l’Union européenne ?

Michel Bar­nier : Que signi­fie son revi­re­ment spec­ta­cu­laire sur l’immigration et l’Union européenne ?

Son étoile s’est levée dès décembre der­nier quand, fort de son accord sur le Brexit, il s’est mis en situa­tion de faire le don de sa per­sonne et de sa longue expé­rience à la France et à la droite LR. Neuf mois après, Michel Bar­nier est bel et bien lan­cé dans la can­di­da­ture à la can­di­da­ture LR et se pré­pare à par­ti­ci­per à la pri­maire. Bien que der­rière Ber­trand et Pécresse, les son­dages le donnent tout de même entre 8 et 13 %. Un score hono­rable et qui per­met tous les espoirs. Michel Bar­nier, c’est le 3e homme du 3e homme. Au pas­sage, ça se bous­cule beau­coup, dans ce cré­neau 8 – 13 : Mélen­chon, Jadot, Hidal­go, Zem­mour et, donc, les 3 LR. En attente de décantation.

Jeu­di et ven­dre­di, les can­di­dats ont été audi­tion­nés par les dépu­tés LR lors de leurs jour­nées par­le­men­taires à Nîmes. L’occasion, pour Michel Bar­nier, de conti­nuer son entre­prise de séduc­tion auprès des cadres du par­ti. D’après une enquête menée auprès des par­le­men­taires citée par Le Monde, il est celui qui ras­semble le plus de sou­tiens (41 dépu­tés), der­rière Xavier Ber­trand.
L’intéressé joue de sa sta­ture consen­suelle, de son expé­rience inté­rieure et euro­péenne, de son gaul­lisme cen­triste, mais aus­si de sa « dif­fé­rence » de style avec Macron. Pour Daniel Fas­quelle, « il a l’allure d’un Pré­sident dont les Fran­çais seront fiers sur le per­ron de l’Élysée ». Jusqu’ici, tout va (à peu près) bien.

La suite