You are currently viewing Marche des fier­tés, lob­by LGBT, déser­tion, Hon­grie : quelle victime ?

Marche des fier­tés, lob­by LGBT, déser­tion, Hon­grie : quelle victime ?

À la veille de l’adoption sans nul doute défi­ni­tive de la loi de Bioé­thique, fai­sons les comptes. Dix-sept : c’est le nombre de dépu­tés qui, en sep­tembre 2019 (pre­mière lec­ture), se sont oppo­sés à l’ouverture de la PMA. Seuls 75 dépu­tés étaient alors pré­sents. Lors de la deuxième lec­ture, ils n’étaient que 101 pré­sents et 37 à s’être pro­non­cés contre. Des chiffres déri­soires pour un débat qui engage le futur d’hommes et de femmes à naître : fabrique d’enfants sans père finan­cée par la Sécu­ri­té sociale, créa­tion de futurs monstres mi-homme mi-ani­mal (embryons chi­mères), embryons géné­ti­que­ment modi­fiés dont on ne mesure encore pas les consé­quences humaines, pos­si­bi­li­té d’avorter jusqu’au 9e mois.

C’est donc mar­di, en prin­cipe, que toutes ces mesures devraient être défi­ni­ti­ve­ment adop­tées par l’Assemblée natio­nale. Com­bien seront-ils à s’y oppo­ser ? Com­bien d’absents, de dis­traits, de couards, de traîtres pour­tant payés 7.185 euros par mois (hors avan­tages divers, gra­tui­té des trans­ports, enve­loppes col­la­bo­ra­teurs, etc.) par des Fran­çais qui leur ont accor­dé leur confiance en 2017 ?

La suite