You are currently viewing RACIALISME : LE TRADUCTEUR FRANÇAIS DE MARIEKE LUCAS RIJNEVELD EXPRIME SA STUPÉFACTION

RACIALISME : LE TRADUCTEUR FRANÇAIS DE MARIEKE LUCAS RIJNEVELD EXPRIME SA STUPÉFACTION

Daniel Cunin, tra­duc­teur de poèmes et du pre­mier roman de Marieke Lucas Rij­ne­veld, s’insurge contre la polé­mique qui secoue le monde édi­to­rial batave et – désor­mais – euro­péen. Devant le peu de pro­fon­deur de la plu­part des articles publiés dans le monde fran­co­phone, il prend pour la pre­mière fois la parole, en exclu­si­vi­té dans Pro­fes­sion Spec­tacle.

Rap­pel de l’affaire : Janice Deul, une acti­viste noire néer­lan­daise, dénonce, dans une tri­bune du quo­ti­dien De Volks­krant, le choix de Marieke Lucas Rij­ne­veld comme tra­duc­trice de la poé­tesse Aman­da Gor­man, sous pré­texte que le taux de méla­nine ne serait pas le même entre les deux jeunes femmes. Face au tol­lé auquel elle a assis­té sur les médias sociaux, Marieke Lucas Rij­ne­veld a renon­cé à ce pro­jet de tra­duc­tion sans que la mai­son d’édition néer­lan­daise ne la défende réel­le­ment et s’incline devant un chan­tage qui met en péril les liber­tés. Le mot d’humeur de Daniel Cunin, qui rejoint le point de vue de René de Cec­ca­ty, de Jean-Yves Mas­son ou encore celui d’André Mar­ko­wicz (cf. Textes dis­po­nibles à la fin de cette tri­bune), dif­fu­sés hier, vise à mon­trer que la tra­duc­tion lit­té­raire est un art qui n’a rien à voir avec les ques­tions de race, de genre, etc.

La suite