You are currently viewing Adieu Pierre-Guillaume de Roux

Adieu Pierre-Guillaume de Roux

Par Charles Saint-Prot

J’étais peut-être l’un de ceux qui connais­saient Pierre-Guillaume de Roux depuis le plus long­temps. Il n’avait pas dix ans lorsque je le voyais rue de Bour­gogne chez le cher Domi­nique de Roux, dis­pa­ru à l’âge de 40 ans, qui avait bien vou­lu de col­la­bo­rer à la petite revue « gaul­lo-maur­ras­sienne » (disait le Monde et ce n’était pas un com­pli­ment de la part du jour­nal ves­pé­ral) d’étudiants que nous avions fon­dée sous le nom de La Pen­sée natio­nale.  Déci­dé­ment on ne se fait pas de vieux os dans cette famille, mais il reste le sou­ve­nir dans le cœur des hommes qui  est le vrai tom­beau des gens d’exception. Domi­nique appe­lait son fils Babar ou l’éléphant, je n’ai jamais su pourquoi…

Pierre-Guillaume était monar­chiste car, disait-il, « com­ment faire autre­ment sans déchoir  lorsqu’on est le petit-fils du mar­quis de Roux, avo­cat de l’Action fran­çaise ?». Et puis, il mépri­sait le régime répu­bli­cain au plus haut point. Et il avait bien raison !

Il était aus­si gaul­liste mais un sin­gu­lier gaul­liste puisque cet aris­to­crate si fin et mesu­ré  confiait qu’il était « gaul­liste ten­dance OAS ».  Ce qu’il aimait dans le gaul­lisme c’était le com­bat pour l‘indépendance et la sou­ve­rai­ne­té de la France, c’était une cer­taine idée de notre nation, une manière de dire non et de par­ler aux peuples du monde. Cela aus­si nous rapprochait…

Pierre-Guillaume est mort à l’âge de 58 ans, en février 2021. Certes je ne par­ta­geais pas tous ses embal­le­ments et je dois dire que j’éprouvais une cer­taine gêne de le voir cour­ti­ser par des ouvriers de 25ème heure qui se sou­cient de la France comme d’une guigne et rêvent encore de la pré­ten­due civi­li­sa­tion euro­péenne. Mais il était mon ami et j’appréciais son cou­rage tran­quille et sa déter­mi­na­tion à ne jamais hur­ler avec les loups. Adieu Pierre-Guillaume !