Élec­tions amé­ri­caines : vers un Dominiongate ?

Élec­tions amé­ri­caines : vers un Dominiongate ?

Depuis plu­sieurs jours, la presse occi­den­tale, et notam­ment la presse fran­çaise, semble s’être dés­in­té­res­sée des élec­tions amé­ri­caines. Comme si l’élection de Joe Biden était une véri­té admise par tous et que rien ne sau­rait modi­fier le cours des choses. Or, aux États-Unis, la ten­sion monte au fur et à mesure que le mys­tère s’épaissit.

Rap­pe­lons que, d’après l’Asso­cia­ted Press, Joe Biden a bel et bien bat­tu Trump aux élec­tions, une posi­tion sui­vie par la plu­part des pays du Nord et qui force, fina­le­ment, la plu­part des obser­va­teurs à une course en avant, voire une ten­ta­tion com­pré­hen­sive de regar­der ailleurs. Pour­tant, ce qui se trame aux États-Unis méri­te­rait de faire la une chez nos confrères : le mys­tère Dominion.

C’est une entre­prise cana­dienne fon­dée en 2003 et dont le siège social amé­ri­cain se trouve à Den­ver, dans l’État du Colo­ra­do. Spé­cia­li­sée dans les tech­no­lo­gies élec­to­rales, elle four­nit à des auto­ri­tés locales les machines et le logi­ciel asso­cié que de nom­breux Amé­ri­cains uti­lisent pour voter.

« Selon une étude de l’école de com­merce Whar­ton de l’université de Penn­syl­va­nie, sa tech­no­lo­gie concer­nait plus de 71 mil­lions d’électeurs amé­ri­cains en 2016, dans un total de 1.635 col­lec­ti­vi­tés. Ce qui en fait le deuxième plus gros four­nis­seur du pays, der­rière l’entreprise Elec­tion Sys­tems & Soft­ware », d’après nos confrères du Huf­fing­ton Post.

La suite