Art et Essai : Josep, un des­sin ani­mé de Aurel

Art et Essai : Josep, un des­sin ani­mé de Aurel

Par Guil­hem de Tarlé

La guerre civile espa­gnole se ter­mi­na à la fin du 1er tri­mestre 1939, et dès février la France – du Front popu­laire – avait recon­nu le gou­ver­ne­ment fran­quiste tan­dis que 400 000 réfu­giés pas­saient la fron­tière fran­çaise – la Reti­ra­da – et étaient inter­nés dans des camps. 
Bar­to­li était de ceux-là. Avoue­rais-je, une fois de plus, que le nom de ce des­si­na­teur m’é­tait incon­nu, par ailleurs com­mis­saire poli­tique du POUM, Par­ti Ouvrier d’u­ni­fi­ca­tion Mar­xiste (dis­si­dence du Par­ti Com­mu­niste, qua­li­fiée de « trotskiste »). 

Si le des­sin est bien fait, avec de nom­breuses repro­duc­tions des œuvres de l’artiste, j’ai néan­moins eu du mal, mal­gré les fils de fer bar­be­lé, à m’accrocher à ce film de pro­pa­gande anti « fâchiste ».

J’ai néan­moins noté qu’après s’être échap­pé de dif­fé­rents camps, le héros n’avait pas par­ti­ci­pé à la guerre contre les nazis mais s’était réfu­gié au Mexique (1943) où il devint l’amant de Fri­da Kah­lo à qui l’on attri­bue le poème « Tu mérites un amour… ». L’a‑t-elle écrit à son attention ? 

 PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et 500 autres sur mon blog Je ciné mate.