Contre la trans­gres­sion des normes  de notre civilisation
Congelateur pour conserver les cellules souches

Contre la trans­gres­sion des normes de notre civilisation

Par Gérard Leclerc

Contre la trans­gres­sion des normes de notre civi­li­sa­tion – France Catholique

J’accordais hier un bon point à Emma­nuel Macron pour sa luci­di­té face à la dérive eth­ni­ciste d’un sec­teur impor­tant des sciences sociales. C’est quand même néces­saire d’être lucide, au som­met de l’État, sur des enjeux de socié­té étroi­te­ment liés à des impé­ra­tifs anthro­po­lo­giques. Mal­heu­reu­se­ment, je suis dans l’obligation de contrer vigou­reu­se­ment la loi de bioé­thique qu’il veut faire voter au plus vite par le par­le­ment, et loin des remous de l’opinion publique, car les impé­ra­tifs anthro­po­lo­giques qu’elle bafoue sont d’une excep­tion­nelle gra­vi­té. Leur déni est d’ailleurs en étroite cor­res­pon­dance avec une évo­lu­tion intel­lec­tuelle, dont on ne mesure pas assez com­bien elle défie les normes de la rai­son, en attei­gnant notre digni­té humaine. Il m’est arri­vé, à plu­sieurs reprises, de men­tion­ner à ce sujet l’essai extrê­me­ment impor­tant de Jean-Fran­çois Braun­stein inti­tu­lé La phi­lo­so­phie deve­nue folle (Gras­set).

J’espère que par­mi les conseillers du pré­sident de la Répu­blique quelqu’un pour­ra atti­rer son atten­tion au moins sur le mes­sage de ce livre très infor­mé sur un cou­rant par­ti encore des uni­ver­si­tés amé­ri­caines, et qui exerce ses ravages jusque chez nous, depuis quelques années. Si l’on hésite plus dans les pays occi­den­taux, à trans­gres­ser les normes, qui jusqu’alors struc­tu­raient notre civi­li­sa­tion, c’est notam­ment aux études de genre que nous le devons. Études qui font de l’identité sexuelle une construc­tion arbi­traire et ôtent toute signi­fi­ca­tion à la dif­fé­rence homme/femme. D’où l’incroyable obses­sion à pro­pos de la trans­sexua­li­té dont témoignent des jour­naux comme Le Monde et Libé­ra­tion. Mais il n’y a pas que la dif­fé­rence sexuelle qui soit en cause. Le même cou­rant trans­gresse aus­si la dif­fé­rence homme/animal et affirme l’indignité de vivre à ceux qui ne cor­res­pondent pas à ses cri­tères. D’où une autre obses­sion tenace, celle de l’euthanasie.

La suite