Une révo­lu­tion cultu­relle ?

Une révo­lu­tion cultu­relle ?

Par Gérard Leclerc

Depuis quelques jours, nous assis­tons aux États-Unis et en Europe à une vaste entre­prise ico­no­claste. Il faut prendre le mot au sens pure­ment éty­mo­lo­gique. L’iconoclaste c’est sim­ple­ment un bri­seur d’images. Si l’on consulte le Petit Lit­tré, on est ren­voyé à tout un contexte reli­gieux ancien, notam­ment à cette secte qui sévit au VIIIe siècle pour faire la guerre aux saintes images. Voi­là qui parle d’ailleurs direc­te­ment à nos amis ortho­doxes qui célèbrent, chaque année, le triomphe de l’orthodoxie, pré­ci­sé­ment sur l’iconoclasme, c’est-à-dire l’interdit jeté sur la véné­ra­tion des icônes du Christ, de la Vierge et des saints. L’iconoclasme, sous une autre forme, réap­pa­raît d’ailleurs au XVIe siècle, avec une ten­dance de la Réforme anti-catho­lique. Mais l’iconoclasme qui sévit en ce moment n’a de rap­port avec ces pré­cé­dents que par la mise en cause de cer­taines repré­sen­ta­tions que l’on pour­rait défi­nir comme inhé­rentes à un cer­tain sacré pro­fane. Car ce sont les icônes de la vie civile qui se trouvent souillées ou détruites en rai­son de ce qu’elles sym­bo­lisent dans la vie des nations.

La suite