C’est la guerre, malheur à celui qui se pose des questions !

C’est la guerre, malheur à celui qui se pose des questions !

Par Natacha Polony

Aujourd’hui, nombre de commentateurs déploient des trésors de rhétorique pour démontrer que non, les méchants “souverainistes” n’avaient pas raison de plaider pour le maintien de capacités de production en France. Admettre qu’on s’est planté, c’est visiblement douloureux.

« Union nationale ». Ça sonnerait presque comme une injonction. Malheur à qui viendrait rompre cette belle union. C’est vrai, on est en guerre, il ne faudrait pas commencer à poser des questions ou détourner l’effort des combattants. Contentez-vous d’applaudir les soignants, et, quand on vous le demande, de revenir travailler. D’ailleurs, effort de guerre oblige, on en profitera pour vous rogner quelques droits et quelques libertés. Mais on est en guerre, n’est-ce pas…

La suite