Jean Sévil­lia : « Emma­nuel Macron a une lec­ture ana­chro­nique de la colonisation »
France's President Emmanuel Macron delivers a speech at the French embassy during his official visit to Ivory Coast on december 21, 2019, in Abidjan. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)

Jean Sévil­lia : « Emma­nuel Macron a une lec­ture ana­chro­nique de la colonisation »

Emma­nuel Macron a décla­ré à Abid­jan, same­di 21 décembre, que le colo­nia­lisme était une « faute morale ». LUDOVIC MARIN/AFP

FIGAROVOX.- En sou­hai­tant « bâtir une nou­velle page » avec les pays afri­cains, Emma­nuel Macron a esti­mé dans une confé­rence de presse à Abid­jan que le colo­nia­lisme est « une faute de la Répu­blique ». L’histoire de la colo­ni­sa­tion fran­çaise est-elle si simple ?

Jean SÉVILLIA.- Cette expres­sion est d’abord très mal­adroite sur le plan his­to­rique, car affir­mer que la Répu­blique a com­mis une faute en colo­ni­sant l’Afrique est une vision anhis­to­rique, qui consiste à décou­per l’histoire de France en tranches, selon les régimes. Mais alors, où Emma­nuel Macron place-t-il le cur­seur ? Est-ce en 1880, alors que la Répu­blique hérite déjà à cette époque d’un empire colo­nial consti­tué des vieilles colo­nies de l’Ancien Régime (les Antilles, les comp­toirs des Indes, la Réunion, la Guyane…), ain­si que de l’Algérie acquise sous la Res­tau­ra­tion et la monar­chie de Juillet ? Napo­léon III avait de son côté colo­ni­sé la Nou­velle-Calé­do­nie ; le Second Empire met aus­si le pied au Séné­gal, au Gabon, à Mada­gas­car, en Cochin­cine, au Cam­bodge… Vient enfin, c’est vrai, la IIIe Répu­blique : Jules Fer­ry, dans les années 1870 – 1880, lance une grande poli­tique colo­niale, met la Tuni­sie sous pro­tec­to­rat, ain­si que le Ton­kin et l’Annam en Indo­chine, puis s’aventure en Afrique, à par­tir du Séné­gal et du Congo… Mais la colo­ni­sa­tion n’est pas seule­ment l’œuvre de la République.

La suite