L’A­frique Réelle n°120 – Décembre 2019
|

L’A­frique Réelle n°120 – Décembre 2019

Som­maire

Actua­li­té :
Vla­di­mir Pou­tine enterre le « dis­cours de la Baule »
- Le grand retour de la Rus­sie en Afrique
- Une stra­té­gie de désen­cer­cle­ment qui a com­men­cé en Médi­ter­ra­née
– La real­po­li­tique russe en Afrique ne date pas d’au­jourd’­hui

Dos­sier :
Le sui­cide démo­gra­phique de l’A­frique
– L’exception démo­gra­phique afri­caine
– Le plan­ning fami­lial ou l’apocalypse
- Quand la démo­gra­phie bloque le déve­lop­pe­ment
– Le cas du Sahel
– Radio­gra­phie de l’explosion démo­gra­phique de l’Afrique

Par Ber­nard LUGAN

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan

Les der­niers échos qui nous par­viennent de Libye montrent que le retour de la Rus­sie s’accélère et qu’il semble même se faire en « fan­fare ».
Après ses suc­cès en Syrie, la Rus­sie parait en effet vou­loir s’impliquer direc­te­ment dans la ques­tion libyenne. Deux indices per­mettent de le pen­ser :
1) Mos­cou vient d’envoyer des   « conseillers mili­taires » afin d’épauler les forces du géné­ral Haf­tar. Vla­di­mir Pou­tine aurait en effet très mal pris l’intervention des forces spé­ciales turques qui, il y a quelques semaines, avait empê­ché son allié de prendre Tri­po­li, la capi­tale libyenne. Depuis, via Mis­ra­ta, Anka­ra a ache­mi­né des chars, des drones et des héli­co­ptères. 
2) Second indice, plu­sieurs res­pon­sables de Mis­ra­ta, ville étroi­te­ment liée à la Tur­quie, auraient com­pris que l’intervention russe allait don­ner la vic­toire au géné­ral Haf­tar. Or, Mis­ra­ta est détes­tée par les tri­bus kadha­fistes qui com­battent aux côtés du géné­ral. Ces der­nières n’ont en effet pas oublié que ce furent les milices de cette ville qui lyn­chèrent igno­mi­nieu­se­ment le colo­nel Kadha­fi après l’avoir sodo­mi­sé avec une baïon­nette. Voi­là pour­quoi, Fathi Bacha­ga, ministre de l’Intérieur du GUN (Gou­ver­ne­ment d’union natio­nale) ins­tal­lé à Tri­po­li, et homme char­gé de la défense de la capi­tale, aurait déci­dé de chan­ger de camp et d’abandonner le GUN pour trai­ter avec le géné­ral Haf­tar. Afin de sau­ver l’autonomie, et peut-être même l’existence de la cité-Etat. Ce chan­ge­ment de poli­tique sera-t-il accep­té par les Frères musul­mans qui dominent à Mis­ra­ta et par leurs sou­tiens turcs ?

La suite