La gaffe de Delevoye

La gaffe de Delevoye

Par Olivier Perceval

“La démographie européenne et son vieillissement fait que, si on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique, il va falloir 50 millions de population entre guillemets étrangère pour équilibrer la population active en 2050 en Europe”, a déclaré Jean-Paul Delevoye au cours d’une réunion avec des jeunes à Créteil.

Un pavé dans la marre  ? Pas vraiment, c’est déjà et depuis longtemps une rhétorique développée par de nombreux responsables, à Bruxelles comme dans les organisations officielles visant à amplifier l’immigration en Europe.

Quand on entend le discours de Delevoye qui ne fait que rappeler une logique politico –économique menée tambours battants depuis des décennies par les gouvernements européens.

En aucun cas en effet une politique démographique en Europe ne saurait imaginer autre chose que l’immigration pour remédier à la baisse de la natalité.

On retrouve aussi le vieux réflexe malthusien très répandu chez les nantis, qui consiste à marteler l’inutilité de donner naissance à des enfants en Occident pour mieux faire venir des étrangers afin d’assurer les cotisations pour les retraites à venir.

Et pour enfoncer le clou, le demi-ministre assure que ceux qui s’opposent à cette logique, sont en gros, les antisémites d’hier  : «  “On est dans un moment très malsain de notre démocratie où on cherche à jeter en bouc émissaire : hier c’était le juif, aujourd’hui c’est le musulman, après-demain ça sera encore un autre”. Rien que ça.

C’est une manière bien rodée chez nos dirigeants de faire taire toute opposition en en faisant d’emblée une bande de fascistes, collaborationnistes, racistes et pourquoi pas négationnistes pendant qu’on y est.

Toute cette agitation tendrait à donner raison à celui que l’on nomme en se pinçant le nez, le complotiste jugé à moitié fou et à moitié «  satanique  » auteur du «  Grand remplacement  » ,Renaud Camus, lequel ne cesse de démontrer que tout cela s’inscrit dans une planification économique cohérente.

Et qu’il ne soit jamais question d’envisager une politique démographique basée sur l’encouragement de la natalité et de l’aide aux familles. Cela déplairait au lobby LGBT, et à tous les sauveteurs de la planète ayant inscrit dans leur programme la disparition de l’Occident.

Mais ce qui est le plus croustillant dans cette affaire, ce sont les explications gênées que devra fournir le gouvernement après cette monstrueuse gaffe de l’ancien ministre chiraquien, lequel s’est contenté de dire tout haut ce que les hautes administrations de l’Union européenne mettent en placent discrètement. C’est comme si on avait retiré soudainement la couverture sous laquelle de glauques individus besognaient honteusement.

Nous dira-t-on encore que nous fantasmons sur les plateaux télé. Y aura t’il encore des experts pour nous expliquer que le solde migratoire est négatif en France  ?