Art et Essai : Qui­noa, pre­nez-en de la graine !

Art et Essai : Qui­noa, pre­nez-en de la graine !

Par Guil­hem de Tar­lé

Qui­noa, pre­nez-en de la graine ! un film de Clé­men­tine Mazoyer

Qui­noa ? Qu’es aquo ?

Je n’en avais jamais enten­du par­ler jusqu’à ce que j’en mange (« dégus­ter » serait exa­gé­ré) en accom­pa­gne­ment de ris de veau dans un bon res­tau­rant ber­ri­chon le soir de nos 50 ans de mariage… Comme quoi l’on apprend à tout âge !

Et la coïn­ci­dence vou­lut que la média­thèque de notre vil­lage pro­je­ta le len­de­main un docu­men­taire sur cette graine dans le cadre d’un « fes­ti­val Ali­men­terre »…

« Ali­men­terre, mon cher Wat­son »… Ce n’est pas le lieu ici de phi­lo­so­pher sur ce genre de mani­fes­ta­tions sou­te­nues par nombre d’associations qui ne sont pas for­cé­ment de mes amies… et s’il est vrai que « notre ave­nir se joue (aus­si) dans nos assiettes »… il se joue d’abord bien ailleurs, dans le res­pect de la vie et dans celui de notre iden­ti­té.

Ce n’est donc pas le lieu et, en outre, je n’en ai pas le temps car, par exemple, s’il est ques­tion d’avenir, celui de notre vil­lage, et des com­munes voi­sines, est actuel­le­ment en jeu que des édiles muni­ci­paux, stu­pides, et des pro­mo­teurs éoliens sans foi ni loi, veulent sac­ca­ger en grand-rem­pla­çant les arbres, les « bou­chures » et les terres agri­coles par des forêts d’aérogénérateurs en béton et acier.

Reve­nons néan­moins à ce Qui­noa qui, fort bien cui­si­né, était très bon, mais dont le film ne m’a pas convain­cu… Le Qui­noa n’est pas du café !

J’en ai rete­nu qu’il s’agit du « riz des Incas », et je me suis retrou­vé cra­pa­hu­tant der­rière Zor­ri­no, le petit mar­chand d’oranges, dans Le Temple du Soleil.

Oui, déci­dé­ment, j’aurais mieux fait de res­ter chez moi à relire Tin­tin.