Art et Essai : Quinoa, prenez-en de la graine !

Art et Essai : Quinoa, prenez-en de la graine !

Par Guilhem de Tarlé

Quinoa, prenez-en de la graine  ! un film de Clémentine Mazoyer

Quinoa  ? Qu’es aquo  ?

Je n’en avais jamais entendu parler jusqu’à ce que j’en mange («  déguster  » serait exagéré) en accompagnement de ris de veau dans un bon restaurant berrichon le soir de nos 50 ans de mariage… Comme quoi l’on apprend à tout âge  !

Et la coïncidence voulut que la médiathèque de notre village projeta le lendemain un documentaire sur cette graine dans le cadre d’un «  festival Alimenterre  »…

«  Alimenterre, mon cher Watson  »… Ce n’est pas le lieu ici de philosopher sur ce genre de manifestations soutenues par nombre d’associations qui ne sont pas forcément de mes amies… et s’il est vrai que «  notre avenir se joue (aussi) dans nos assiettes  »… il se joue d’abord bien ailleurs, dans le respect de la vie et dans celui de notre identité.

Ce n’est donc pas le lieu et, en outre, je n’en ai pas le temps car, par exemple, s’il est question d’avenir, celui de notre village, et des communes voisines, est actuellement en jeu que des édiles municipaux, stupides, et des promoteurs éoliens sans foi ni loi, veulent saccager en grand-remplaçant les arbres, les «  bouchures  » et les terres agricoles par des forêts d’aérogénérateurs en béton et acier.

Revenons néanmoins à ce Quinoa qui, fort bien cuisiné, était très bon, mais dont le film ne m’a pas convaincu… Le Quinoa n’est pas du café  !

J’en ai retenu qu’il s’agit du «  riz des Incas  », et je me suis retrouvé crapahutant derrière Zorrino, le petit marchand d’oranges, dans Le Temple du Soleil.

Oui, décidément, j’aurais mieux fait de rester chez moi à relire Tintin.