You are currently viewing Didier Lal­le­ment : mépris des gens, mépris des lois.

Didier Lal­le­ment : mépris des gens, mépris des lois.

Didier Lal­le­ment : mépris des gens, mépris des lois. – Vu du Droit 

Un garde chiourme sans état d’âme

L’aveu du pré­fet de police de Paris Didier Lal­le­ment fil­mé le 16 novembre a un énorme mérite, révé­ler la véri­té d’un moment poli­tique dans tous ses aspects. Répon­dant à une dame paci­fique lui disant être gilet jaune, il ne va pas hési­ter, lui le haut fonc­tion­naire qui devrait obser­ver une neu­tra­li­té répu­bli­caine, à pro­fé­rer cette phrase de guerre civile : « nous ne sommes pas dans le même camp Madame ». Le tout en déployant une démarche cha­lou­pée dont il doit pen­ser qu’elle pose son homme, alors qu’elle est encore plus ridi­cule que celle d’Aldo Mac­cione qui lui avait le mérite de vou­loir nous faire rire. Didier Lal­le­ment n’est pas là pour nous faire rire, il est là pour répri­mer, pour inti­mi­der, et empê­cher l’usage de la liber­té consti­tu­tion­nelle de mani­fes­ta­tion. À ceux qu’Emmanuel Macron lui a dési­gnés comme enne­mis : « la foule hai­neuse ». Une petite visite sur You­Tube per­met de trou­ver un flo­ri­lège de ses dif­fé­rentes inter­ven­tions où alternent, décla­ra­tions mar­tiales, coups de men­ton et rodo­mon­tades. Le pré­fet de police de Paris dont le pré­dé­ces­seur débar­qué avait été jugé trop res­pec­tueux des liber­tés publiques, y fait preuve d’une cer­taine fran­chise : il est là pour cogner. Rejoi­gnant ain­si la cohorte d’aventuriers poli­tiques ou d’aventuriers tout court qui entourent Macron et qui pro­viennent qua­si-sys­té­ma­ti­que­ment du PS. Cas­ta­ner, Fer­rand, Bel­lou­bet, Le Drian, Gri­veaux, Benal­la, Taché, Kho­ler, Eme­lien, Str­zo­da, Ndiaye, Guillaume, etc… etc… sont main­te­nant flan­qués d’un garde-chiourme sans état d’âme.

La suite