Art & Ciné : Down­ton Abbey

Art & Ciné : Down­ton Abbey

Par Guil­hem de Tar­lé

Down­ton Abbey, un film bri­tan­nique de Michael Engler, avec Simon Jones (King George V), Mag­gie Smith (Grand-Maman, Lady Vio­let Craw­ley),
adap­té de la série télé­vi­sée épo­nyme.

« Je Te rends grâce de ser­vir en Ta pré­sence »… cette for­mule du rite ordi­naire de la messe me fas­cine qui exprime non seule­ment l’hon­neur de ser­vir mais sur­tout l’hon­neur de ser­vir sous les yeux, devant celui qu’on sert, et non pas dans les cou­lisses, quand il n’est pas là, sans qu’il le sache.
On com­prend donc à l’in­verse la frus­tra­tion et la révolte du ser­vi­teur qui n’est pas jugé digne de ser­vir, et que l’on met en dis­po­ni­bi­li­té. C’est là « l’es­sen­tiel » de ce très beau film, dans les sous-sols de Down­ton Abbey. Un véri­table conte de fées où tout est bien qui finit bien en recen­trant les per­son­nages sur pré­ci­sé­ment  « l’es­sen­tiel »… ce qui me per­met d’é­va­cuer le major­dome…

Mon épouse me dit que la série épo­nyme, que je n’ai pas vue, com­mence bien en amont de cet épi­sode. Peut-être donc le réa­li­sa­teur nous offri­ra-t-il un Downton‑2 et c’est alors avec grand plai­sir que nous retour­ne­rons au châ­teau… High­clere Castle.