La dépu­tée Agnès Thill exclue d’en Marche pour des pro­pos « per­ni­cieux » sur la PMA

La dépu­tée Agnès Thill exclue d’en Marche pour des pro­pos « per­ni­cieux » sur la PMA

La dépu­tée de l’Oise Agnès Thill a été exclue de La Répu­blique en marche en rai­son de « pro­pos polé­miques » et « per­ni­cieux » concer­nant « le pro­jet du gou­ver­ne­ment d’ouvrir la PMA à toutes les femmes », a annon­cé mer­cre­di le par­ti pré­si­den­tiel.« Ces pro­pos sont pré­ju­di­ciables à la cohé­sion du mou­ve­ment et nuisent à son image alors que l’ouverture de la PMA (pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée, ndlr) va faire l’objet dans les semaines qui viennent de débats à l’Assemblée natio­nale », relève la Com­mis­sion des conflits de LREM dans un com­mu­ni­qué, en déplo­rant « la fré­quence et le carac­tère per­ni­cieux des pro­pos » tenus par Mme Thill.

« S’il est néces­saire d’avoir une liber­té de vote et d’opinion sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes céli­ba­taires, il est impé­ra­tif que nous puis­sions avoir un débat apai­sé, ce que ne per­met­taient pas les pro­pos et prises de posi­tion d’A­gnès Thill », a pour sa part com­men­té dans un com­mu­ni­qué le délé­gué géné­ral du par­ti, Sta­nis­las Guerini.

Mme Thill, qui avait déjà reçu une mise en garde en février de LREM, a plu­sieurs fois nour­ri la contro­verse, notam­ment en com­pa­rant la souf­france des femmes seules ayant recours à la PMA à celle de « drogués ».

La  suite