You are currently viewing En Bre­tagne, deux sala­riés licen­ciés pour avoir refu­sé de tra­vailler le dimanche

En Bre­tagne, deux sala­riés licen­ciés pour avoir refu­sé de tra­vailler le dimanche

Deux sala­riés de l’hypermarché Cora de Saint-Malo ont été licen­ciés pour faute grave après avoir refu­sé caté­go­ri­que­ment de tra­vailler le dimanche. Une déci­sion contes­tée vigou­reu­se­ment par les repré­sen­tants du personnel.

C’est un fait divers qui fait rugir les syn­di­cats. Et pour cause : il concré­tise l’une de leurs craintes expri­mées au moment du débat sur le tra­vail domi­ni­cal. Fin avril, la direc­tion de l’hypermarché Cora de Saint-Malo, en Bre­tagne, a licen­cié deux employés du maga­sin pour « faute grave ». Le motif : ces der­niers ont fait preuve « d’insubordination » en refu­sant caté­go­ri­que­ment de tra­vailler le dimanche. Des ren­vois contes­tés vigou­reu­se­ment par les repré­sen­tants du per­son­nel, qui pro­mettent de se battre pour les faire annuler.

La direc­tion de l’hypermarché a déci­dé d’ouvrir tous les dimanches matin à par­tir de mars 2018, et a deman­dé aux employés de venir tra­vailler six dimanches par an. Une déci­sion qui s’appuie sur la mise en place de la loi Macron d’août 2015, qui aug­mente les pos­si­bi­li­tés offertes aux com­merces d’ouvrir ce jour-là, tra­di­tion­nel­le­ment dédié au repos des tra­vailleurs. Mais deux employés refusent de se plier à cette nou­velle orga­ni­sa­tion, un choix qui pousse la direc­tion à les licen­cier pour « insu­bor­di­na­tion ». « Vous avez men­tion­né le refus total de venir tra­vailler le dimanche matin. Au vu de ces élé­ments, je me vois contraint de vous noti­fier votre licen­cie­ment immé­diat pour faute grave », écrit la direc­tion du maga­sin dans le cour­rier de licen­cie­ment adres­sé à l’un des deux employés concernés.

La suite