L’A­frique Réelle n°112 – Avril 2019
|

L’A­frique Réelle n°112 – Avril 2019

Som­maire

Actua­li­té
Algé­rie : Le « sys­tème » sur­vi­vra-t-il à l’effondrement du régime Bou­te­fli­ka ?

Dos­sier : Les guerres du Sahel
– Com­prendre les guerres du Sahel
– Peul contre Dogon, un vieux conflit eth­nique
– Réflexions sur les opé­ra­tions mili­taires fran­çaises en Afrique à tra­vers l’exemple du Mali

His­toire
Rwan­da : Les his­to­riens face au non-lieu des juges Her­baut et Poux

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan : Quand le monde peul s’éveillera, le Sahel s’embrasera…

Tel était le titre d’un article, hélas peut-être pré­mo­ni­toire de l’Afrique Réelle datant d’août 2016.
Comme les Kurdes, les Peul forment un peuple dis­per­sé et sans Etat. Zébré par les fron­tières post-colo­niales, l’espace peul s’étend sur tout l’ouest afri­cain, cou­rant de l’Atlantique séné­ga­lais  jusqu’à la région tcha­dienne et à la RCA (voir la carte page 14).
La ques­tion est  de savoir si l’actuel cycle de mas­sacres-repré­sailles qui se déroule au Mali et au Bur­ki­na Faso, ne va pas finir par pro­vo­quer leur union, phé­no­mène qui pour­rait être sou­te­nu à l’étranger par une dia­spo­ra dyna­mique, riche et ins­truite.
Hommes de la vache et de la lance, les Peul vont-ils, à l’image des Tut­si du Rwan­da, ten­ter de bri­ser par les armes le sys­tème de l’ethno-mathématique élec­to­rale qui les sou­met poli­ti­que­ment aux hommes de la houe et qui en fait les vic­times de leurs armées ?
Si tel était le cas, les conflits sahé­liens pren­draient alors une toute autre dimen­sion. A l’image des cata­clysmes du XIXe siècle, quand l’impérialisme peul  s’abrita der­rière le paravent du jihad (voir la carte page 12).
Une sim­pli­fi­ca­tion extrême per­met de dis­tin­guer les Peul sahé­liens nomades et les Peul sou­da­niens vivant en noyaux semi séden­taires ou séden­taires par­mi les peuples agri­cul­teurs. Cer­tains ont fon­dé des socié­tés très struc­tu­rées et hié­rar­chi­sées comme dans le Fou­ta Dja­lon gui­néen, au Maci­na malien, dans le nord du Nige­ria et au Came­roun.
Aujourd’hui, les Peul se trouvent pla­cés au cœur de plu­sieurs conflits héri­tés de l’histoire. Ral­lu­més par le jiha­disme et par la sui­ci­daire démo­gra­phie sahé­lienne dont la consé­quence est la lutte pour les terres et les pâtu­rages, ces affron­te­ments font peser une menace sup­plé­men­taire sur la sta­bi­li­té déjà fra­gile d’une vaste par­tie de l’Afrique.
Dans le Mali cen­tral et dans le nord du Bur­ki­na Faso, les actuels évè­ne­ments oppo­sant Peul et Dogon ne sont pas une nou­veau­té. Ils sont tout au contraire la résur­gence des conflits  liés aux conquêtes peul de la fin de la période pré­co­lo­niale. Or, les prin­ci­pales résis­tances à cette expan­sion furent celles des Bam­ba­ra et des Dogon. Mise entre paren­thèses durant la période colo­niale, l’opposition entre ces peuples res­sur­git avec force aujourd’hui.