L’A­frique Réelle N°111 – Mars 2019
|

L’A­frique Réelle N°111 – Mars 2019

Som­maire

Actua­li­té
Algé­rie : der­rière les élec­tions, le nau­frage économique

Dos­sier : Libye, le géné­ral Haf­tar maître du jeu
– Le coup de pied du géné­ral Haf­tar dans la four­mi­lière du Fezzan
– Haf­tar-Rus­sie-Tur­quie contre Fayez el-Sar­raj et les Occidentaux

Dos­sier : Le fra­gile ver­rou tchadien
– La terre, les hommes et leurs conflits
– Les nou­velles guerres du nord (2019)

His­toire et justice
Rwan­da : un non-lieu valant accusation…

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan :

En dépit de l’é­li­mi­na­tion par l’ar­mée fran­çaise le 21 février 2019 de l’Al­gé­rien Yahia Abou al-Ham­man, chef de « l’é­mi­rat de Tom­bouc­tou », et qui était l’un des trois prin­ci­paux chefs de la coa­li­tion jiha­diste sahé­lienne GSIM (Groupe de sou­tien à l’is­lam et aux musul­mans), la situa­tion se com­plique au Mali.

Le sen­ti­ment anti Fran­çais y a même explo­sé le 10 février 2019 quand, à Bama­ko, devant plu­sieurs dizaines de mil­liers de par­ti­sans, l’imam wah­ha­bite Mah­moud Dicko a décla­ré : « Pour­quoi c’est la France qui dicte sa loi ici ? Cette France qui nous a colo­ni­sés et conti­nue tou­jours de nous colo­ni­ser et de dic­ter tout ce que nous devons faire. Que la France mette fin à son ingé­rence dans notre pays ».
Un sin­gu­lier remer­cie­ment pour tout ce que nos Armées ont fait pour son pays…
La véri­té est que, face à la grande com­plexi­té des réa­li­tés maliennes, l’erreur fran­çaise fut triple :
1) En 2013, il aurait fal­lu subor­don­ner la recon­quête de Gao, de Tom­bouc­tou et du nord Mali par Ser­val à la recon­nais­sance préa­lable par Bama­ko d’une nou­velle orga­ni­sa­tion consti­tu­tion­nelle et ter­ri­to­riale pre­nant véri­ta­ble­ment en compte les spé­ci­fi­ci­tés nor­distes, ce qui n’a pas été fait.