Net­flix accu­sé de cen­sure après avoir reti­ré une émis­sion en Ara­bie saoudite

Net­flix accu­sé de cen­sure après avoir reti­ré une émis­sion en Ara­bie saoudite

Des cri­tiques envers le prince héri­tier Moham­med Ben Sal­mane ont été pro­fé­rées dans l’émission sati­rique. Net­flix

L’humoriste Hasan Min­haj a évo­qué l’assassinat du jour­na­liste Jamal Kashog­gi dans son show Patriot Act. Net­flix a accep­té de reti­rer l’épisode incri­mi­né à la demande des auto­ri­tés saoudiennes.

Net­flix a confir­mé avoir reti­ré de sa pla­te­forme en Ara­bie saou­dite, l’épisode d’une émis­sion sati­rique cri­ti­quant le royaume, à la demande des auto­ri­tés locales. Comme le rap­porte le Finan­cial Times , l’épisode en ques­tion vient de l’émission sati­rique Patriot Act with Hasan Min­haj où l’humoriste amé­ri­cain évoque le meurtre du jour­na­liste saou­dien Jamal Kha­shog­gi et cri­tique le prince héri­tier Moham­med ben Sal­mane Al Saoud. « C’est le moment de rééva­luer notre rela­tion avec l’Arabie saou­dite », lance Hasan Min­haj dans son émis­sion avant d’ajouter : « Il y a des gens en Ara­bie Saou­dite qui luttent pour de vraies réformes, mais MBS n’est pas l’un d’eux ».

« Nous appuyons for­te­ment la liber­té artis­tique à tra­vers le monde et avons seule­ment reti­ré cet épi­sode en Ara­bie saou­dite après avoir reçu une requête légale valide et pour nous confor­mer à la légis­la­tion locale », a écrit un porte-parole de Net­flix à l’AFP. La Com­mis­sion pour la Com­mu­ni­ca­tion et des Tech­no­lo­gies d’Information saou­dienne est à l’origine de cette demande de retrait. Elle se base sur un article de la loi « anti cyber­cri­mi­na­li­té saou­dienne ». Le docu­ment sti­pule que « la pro­duc­tion, pré­pa­ra­tion, trans­mis­sion ou conser­va­tion de maté­riel qui empiète sur l’ordre public, les valeurs reli­gieuses, les mœurs publiques et la vie pri­vée, via le réseau télé­vi­sé ou infor­ma­tique », est un crime pas­sible de cinq ans de pri­son et d’une amende n’excédant pas trois mil­lions de riyals saou­diens (800 000 dollars).

La suite