La gauche et la « race » : ambivalences et connivences

La gauche et la « race » : ambivalences et connivences

« Ces militants se définissent comme des activistes « racisés », c’est-à-dire des personnes originaires de pays anciennement colonisés qui dénoncent le privilège blanc » explique Manuel Boucher. Wikimedia commons – CC

Alors que le concept de « race » fait un retour régulier sur la scène publique, une partie de la gauche est dans le déni face aux mutations du racisme et de l’antisémitisme. En effet, au sein de ces mutations, des minorités actives identitaristes affirmant des mémoires indigènes et décoloniales, par réaction, conviction et stratégie, jouent un rôle majeur et participent, parallèlement aux identitaires nationalistes, aux fermetures des frontières ethniques et à la racisation des rapports sociaux et politiques.

Or, devant ces mobilisations indigénistes, la gauche est ambivalente : comment est-il possible que des mouvements et des organisations progressistes de gauche défilent derrière des organisations dites « postcoloniales » alors que celles-ci crient des slogans aux relents racistes, antisémites et séparatistes ? Comment est-il possible que des syndicats, mouvements et partis de gauche traditionnellement engagés dans des combats émancipateurs, humanistes et anticléricaux puissent défiler aux côtés de groupes affirmant des alliances avec des mouvements islamistes défendant, au nom de la lutte contre l’islamophobie, le port du voile islamique ou du voile intégral alors que ces vêtements sont imposés aux femmes dans plusieurs pays musulmans où règnent des dictatures théologiques ? Comment est-il possible qu’une partie de la gauche accepte, voire reprenne à son compte un vocabulaire racialiste, raciste et culturaliste, celui de la distinction entre « Blancs », « Noirs » et « Musulmans » contraire aux idées humanistes et universalistes au cœur des combats de la gauche pour la défense des Droits de l’Homme ?