Pas­se­ports diplo­ma­tiques : la deuxième affaire Benal­la qui empoi­sonne l’Élysée
Former Elysee senior security officer Alexandre Benalla arrives to speak to the senatorial commission in Paris on September 19, 2018. - Benalla, who was videotaped beating up a protester, will is appearing before a Senate commission examining the resulting political scandal. The commission wants to understand the nature of Benalla’s job at the presidential Elysee Palace, which gave him perks and let him carry a gun, as well as uncover eventual malfunctions in the office of top aides and the security details protecting the president. (Photo by Alain JOCARD / AFP)

Pas­se­ports diplo­ma­tiques : la deuxième affaire Benal­la qui empoi­sonne l’Élysée

C’est une révé­la­tion qui fait tache. Dans un article publié jeu­di, Media­part affirme qu’A­lexandre Benal­la dis­po­se­rait tou­jours de ses deux pas­se­ports diplo­ma­tiques. L’an­cien col­la­bo­ra­teur de l’É­ly­sée, licen­cié depuis cinq mois, après sa mise en exa­men pour « vio­lence volon­taire » sur mani­fes­tants le 1er mai der­nier, aurait pro­fi­té de ces pré­cieux sésames pour voya­ger ces der­nières semaines dans plu­sieurs pays afri­cains et en Israël. Les pas­se­ports auraient été déli­vrés trois semaines après ses déra­pages, selon le site d’investigation.

Le Quai d’Or­say dit avoir récla­mé fin juillet leur res­ti­tu­tion. « Toute uti­li­sa­tion depuis lors de ces pas­se­ports aurait été faite en dépit des enga­ge­ments pris par l’in­té­res­sé », a décla­ré jeu­di la porte-parole, Agnès von der Mühll. « Le minis­tère exa­mine les suites à don­ner, y com­pris judi­ciaires », a ajou­té le minis­tère. Ven­dre­di, la pré­si­dence a dit n’a­voir « aucune infor­ma­tion » sur l’u­ti­li­sa­tion de ces titres par son ex-sala­rié, assu­rant avoir deman­dé au Quai d’Or­say d’en obte­nir la res­ti­tu­tion dès son licen­cie­ment. Mais pour­quoi le minis­tère des Affaires étran­gères n’a-t-il pas signa­lé la non-res­ti­tu­tion ? Contac­té par Le Figa­ro, le Quai d’Or­say n’a pas don­né suite à nos sol­li­ci­ta­tions. Ven­dre­di, en fin d’a­près-midi, le ministre Jean-Yves Le Drian a fina­le­ment fait savoir qu’il sai­sis­sait le pro­cu­reur de la République.

La suite