Un samedi à Paris : le témoignage d’un spectateur engagé. Partie 1 : L’arrivée aux Champs Elysées.
|

Un samedi à Paris : le témoignage d’un spectateur engagé. Partie 1 : L’arrivée aux Champs Elysées.

Cela aurait pu être un samedi comme un autre, à la veille de l’Avent et en ce temps d’attente de Noël durant lequel les Français se pressent dans les grands magasins ou admirent leurs vitrines richement et joliment décorées, pensant déjà aux cadeaux à faire ou à demander. Et puis cela n’a pas été…

Depuis le midi, en même temps que je corrigeais (encore !) des devoirs d’histoire dans la salle des professeurs du lycée, j’entendais depuis l’ordinateur branché sur une grande chaîne d’information les éclats de ce qui, déjà, se passait à Paris, tout autour de la Place de l’Étoile. Bien sûr, j’aurai pu renoncer à me rendre sur les Champs Élysées, puisqu’il y avait confrontation plus que manifestation, mais je dois avouer que j’en ai eu assez d’entendre tout et parfois n’importe quoi sur ce mouvement inédit de protestation populaire, dans les grands médias comme sur les réseaux sociaux. Déjà, depuis plus de trois semaines, j’écoute attentivement ce qui se dit et se clame parfois dans les cafés de la région, de Dreux à Paris, en passant par Versailles et Noisy-le-Roi, ces cafés qui sont autant, comme l’écrivait Honoré de Balzac « d’assemblées du peuple » ; je découpe consciencieusement tous les articles traitant du sujet des « gilets jaunes » et je suis nombre de débats, parfois virulents au point d’en devenir inaudibles, à la radio ou à la télévision, sur ce même thème. J’essaye de m’informer et de comprendre, de réfléchir et de saisir l’essence du moment et du phénomène ; je discute, par forums interposés et directement par moult conversations et rencontres, avec ces fameux « gilets jaunes » et, plus largement, avec ce peuple des invisibles et des mécontents qui sort aujourd’hui de l’obscurité ou de la relégation médiatiques… J’aurai pu me contenter, à l’abri des gaz lacrymogènes et derrière mon écran, de pontifier sur les événements et sur les causes, et les formes, réelles de cette contestation nouvelle : c’est si facile de savoir pour les autres quand on est dans ma position idéale de fonctionnaire intellectuel qui aura toujours son poste quoiqu’il arrive !

La suite