Articles royalistes de jean-Philippe Chauvin
La mort d’une femme en gilet jaune, révélatrice d’une nouvelle lutte des classes ?

La mort d’une manifestante portant gilet jaune samedi matin n’a suscité que quelques lignes dans la plupart des médias et peu d’émotion dans les salons habituels de l’indignation, quand elle n’a pas provoqué l’ironie sur certains réseaux sociaux qui se piquent de modernité et de bon goût : n’était-ce pas elle la fautive qui avait pris le risque de « troubler l’ordre public » et de participer à un barrage de protestation, alors que la liberté de circulation est un droit fondamental de l’homme occidental ? Le ministre de l’Intérieur actuel, qui en viendrait à nous faire regretter le sinistre Manuel Valls aux mâchoires serrées, a même cherché à instrumentaliser ce décès en insistant sur les dangers de manifester hors du cadre légal et préfectoral ; comme il cherchera ensuite à minimiser l’ampleur de la mobilisation tout en insistant sur le nombre élevé de blessés, cela sans évoquer plus avant les raisons d’un tel bilan, et, surtout, en valorisant le nombre de gardés à vue sans indiquer s’ils étaient gilets jaunes ou opposants à ceux-ci : la duplicité de ce ministre, dont nous tairons le nom par respect pour la bienséance, n’est rien à côté du mépris qu’il montre sans pudeur envers une contestation portée par des gens qui, visiblement, ne lui ressemblent pas… Qu’il insiste lourdement sur le fait qu’ils ne forment « visiblement » qu’une minorité au regard des soixante-sept millions de Français, risque bien de provoquer une réponse, sinon plus vive (quoique, qui sait ?), du moins plus désespérée et, du coup, plus périlleuse pour tout le monde. Mais peut-être est-ce d’ailleurs l’effet que recherche ce pyromane qui rappelle un certain Eugène Frot, le ministre « fusilleur du 6 février 1934 » ? Cela permet, à bon compte, d’en appeler alors à la « défense de la République », vieille stratégie habituelle des pouvoirs républicains aux abois, massacreurs des ouvriers en 1848 et 1871, et frappeurs de ceux-ci et de beaucoup d’autres en de multiples occasions, comme s’en indignait, en son temps, le bouillant royaliste Bernanos.

La suite