« Les végans n’ont pas le droit de faire régner la peur !»

« Les végans n’ont pas le droit de faire régner la peur !»

Un acti­viste vegan au cours d’une mani­fes­ta­tion orga­ni­sée devant une bou­che­rie pari­sienne, le 22 sep­tembre 2018. JACQUES DEMARTHON/AFP

On estime à plus d’une cen­taine les actions vio­lentes et illé­gales subies par les pro­fes­sion­nels de la filière de l’in­dus­trie de la viande entre 2017 et 2018 en France. Ces actions « coup de poing », vio­lentes (mar­quage au fer rouge, abat­toirs enva­his et repré­sen­tés en feu, faux sang déver­sé par litres, van­da­lisme de bou­che­ries, d’a­bat­toirs, des­sins sug­ges­tifs, menaces aux per­sonnes), dont les auteurs reven­diquent une confron­ta­tion ouverte et vio­lente notam­ment avec l’in­dus­trie de la viande et les forces de police, doivent être punis sévè­re­ment par l’Etat.

Nous, repré­sen­tants des pro­fes­sions et filières agri­coles, de l’ar­ti­sa­nat et des ter­ri­toires tenons à dénon­cer avec la plus grande fer­me­té les actions et les modes de pen­sées de ces extrémistes.

Leur idéo­lo­gie radi­cale est basée sur « l’an­tis­pé­cisme ». Elle refuse toute hié­rar­chie entre les espèces et prône les mêmes droits pour les ani­maux et pour les hommes. Comme si dans le règne ani­mal, aucune hié­rar­chie n’exis­tait entre les espèces, entre les her­bi­vores et les car­ni­vores ou les omnivores !

Ces idéo­logues appa­rentent l’in­dus­trie de la viande à un « holo­causte ». Ils com­parent la fin de l’ex­ploi­ta­tion ani­male à l’a­bo­li­tion de l’es­cla­vage et prônent pure­ment et sim­ple­ment la dis­pa­ri­tion de l’in­dus­trie de la viande au mépris des consé­quences sur les emplois, les filières, l’a­gri­cul­ture et nos territoires.

La suite