Une « culture du viol » chez les chiens ? La gauche identitaire au piège de ses propres obsessions

Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Poghossian ont fait publier sept articles fantasques dans des revues scientifiques américaines, avant de révéler publiquement leur canular. Robfoto sous licence CC – Pixabay

Des voix de plus en plus nombreuses à gauche voudraient faire de la défense des minorités opprimées le nouvel horizon indépassable de notre temps. Dans le cadre d’un tel projet d’hégémonie culturelle, il n’est pas compliqué de voir en quoi la gauche identitaire a besoin de l’université pour survivre et se développer. À une époque où l’accès aux classes supérieures est de plus en plus étroitement conditionné par l’obtention d’un diplôme universitaire, l’influence de cette institution sur les esprits qui nous gouvernent n’a certainement jamais été aussi grande. Et, si cela ne suffisait pas, la durée des études supérieures augmente elle aussi, et avec elle notre exposition aux discours et aux modes qui prévalent dans ce milieu. Or, nous n’avons presque que des raisons de nous en inquiéter. L’idée édifiante selon laquelle l’université serait un lieu, et même le lieu par excellence, d’apprentissage de l’esprit critique souffre en effet de bien des démentis à l’ère de l’éducation de masse et des classements internationaux. Et c’est la rigueur même des savoirs qu’elle transmet qui est aujourd’hui remise en cause par des expériences telles que celle effectuée par Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Poghossian.

Une mise en cause de la rigueur universitaire des études victimaires

Lindsay et Boghossian s’étaient déjà rendus célèbres il y a un an en faisant publier un premier canular : Le pénis conceptuel comme une construction sociale dans la revue Cogent Social Science. Un certain nombre de critiques avaient alors considéré que la portée de la démonstration demeurait limitée du fait que la revue n’était pas de premier ordre et qu’il était difficile de diagnostiquer l’état de tout un champ de recherche sur la base d’une seule bévue éditoriale. C’est donc avec l’aide d’Helen Pluckrose qu’ils ont cette fois-ci soumis 20 articles à l’approbation d’une pluralité de revues reconnues. Comme on le sait, 7 de ces articles furent acceptés, et 7 autres avaient une possibilité de l’être également au moment où les trois universitaires ont été obligés d’interrompre leur expérience du fait de l’emballement médiatique engendré par l’une de leurs publications.

La suite