L’in­fluence russe en Ser­bie, mythe ou réalité

L’in­fluence russe en Ser­bie, mythe ou réalité

La Rus­sie est géo­gra­phi­que­ment loin de la Ser­bie mais cultu­rel­le­ment très proche. Des rela­tions his­to­riques anciennes, s’appuyant sur le le sla­visme et la reli­gion ortho­doxe, ont ins­crit dans le temps une ami­tié durable entre ces deux pays. Et l’image de Vla­di­mir Pou­tine aux yeux des Serbes est extrê­me­ment posi­tive tant du fait de son cha­risme, soi­gneu­se­ment entre­te­nu par les médias qui lui sont favo­rables, que par sa capa­ci­té à endos­ser l’image de contre­poids à la puis­sance américaine.

Pour une grande par­tie de la popu­la­tion encore mar­quée par les bom­bar­de­ments de l’OTAN en 1999, le pré­sident russe avec sa sta­ture d’unique oppo­sant à Washing­ton en Syrie ou en Ukraine passe pour un véri­table héros. Image ren­for­cée du fait de son refus de recon­naitre l’indépendance du Koso­vo, région qui a fêté en février 2018 ses dix ans d’autonomie auto-pro­cla­mée. « Le pro­tec­teur de la Ser­bie, c’est Pou­tine » lance Mio­drag, du fond de son taxi sur­chauf­fé. Dehors la neige s’abat en gros flo­cons sur un sol déjà ver­gla­cé en dépit des tonnes de sel déver­sées pré­ven­ti­ve­ment par la ville. Le vent de Bel­grade, le Kor­cho­va, s’infiltre par­tout et pousse des congères contre les voi­tures garées. « Les Euro­péens sont riches mais nos amis et plus fidèles sou­tiens sont Russes ! » pour­suit Mio­drag en jouant des essuie-glaces, « Et ils en ont la puis­sance, regar­dez l’armée russe en Syrie ! Elle peut concur­ren­cer l’armée amé­ri­caine, c’est évident ».

La suite