You are currently viewing Der­rière le mili­tan­tisme végan, la puis­sante idéo­lo­gie antispéciste
Demontrators with their body painted as fish lay on the ground at the fontaine Saint-Michel in Paris on May 20, 2017 on the European Day of the Sea, during a demonstration organized by Vegan Impact ecologist association. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Der­rière le mili­tan­tisme végan, la puis­sante idéo­lo­gie antispéciste

Place Saint-Michel à Paris, des mili­tants de l’as­so­cia­tion Vegan Impact orga­nisent un hap­pe­ning et se placent dans des filets géants pour pro­tes­ter contre la pêche, le 20 mai 2017. GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

Jeu­di 1er novembre 2018, les pas­sants flâ­nant près de la place du Palais-Royal tom­be­ront nez à nez avec une scène san­glante, orga­ni­sée par notre asso­cia­tion à l’oc­ca­sion de la Jour­née mon­diale végan » pré­vient l’as­so­cia­tion Vegan Impact dans un appel au ras­sem­ble­ment envoyé à ses mili­tants. Et en matière de mises en scène san­glantes, les végans ne sont en effet pas en reste.

Un renou­veau militant ?

L’ac­ti­visme en faveur des droits des ani­maux semble faire de plus en plus appel à la vio­lence en France, cal­quant les mou­ve­ments créés aux États-Unis où cette vio­lence n’est pas neuve : l’A­ni­mal Libe­ra­tion Front (ALF) par exemple, fon­dé en 1976, s’é­tait immé­dia­te­ment fait connaître pour ses actions illé­gales dont la plus célèbre fut l’o­pé­ra­tion Bite Black, en 1991, une série de raids incen­diaires visant à détruire les éle­vages des­ti­nés à pro­duire de la fourrure.

Mais de ce côté-ci de l’At­lan­tique, c’est récem­ment que la mon­tée en puis­sance d’une ten­dance abo­li­tion­niste, plus vio­lente, a don­né au mou­ve­ment une visi­bi­li­té média­tique accrue. Jus­qu’i­ci, les végans s’é­taient concen­trés sur des actions essen­tiel­le­ment à visée sym­bo­lique, des­ti­nées à éveiller les consciences : pro­duc­tion de docu­men­taires ou d’af­fi­chages « choc ». À pré­sent, les hap­pe­nings publics se mul­ti­plient, au cours des­quels des mili­tants miment des ani­maux conduits à l’a­bat­toir, à grand ren­fort de mises en scènes ensan­glan­tées allant par­fois jus­qu’au mar­quage au fer rouge.

La suite