Articles royalistes de jean-Philippe Chauvin
La Grèce, toujours punie et punie pour toujours ?

La Grèce n’est pas sortie d’affaire, malgré les déclarations triomphales et parfois indécentes de celui qui fut, un temps, l’idole de la Gauche radicale avant d’en devenir le meilleur ennemi et le symbole d’une trahison politique qu’il semble vouloir poursuivre jusqu’au bout : M. Tsipras, qui disait vouloir changer de logiciel politique en 2015 (et il était crédible de le croire), n’est plus qu’un social-démocrate même pas honteux qui reçoit les compliments du commissaire européen Moscovici, socialiste bon teint et européiste décomplexé. La construction européenne telle qu’elle suit son cours depuis les années 1970 a, en définitive, confirmé les craintes des « nationalistes » de l’époque (qu’ils soient gaullistes, communistes ou royalistes) ou d’un Pierre Mendès-France qui, dès 1957, s’inquiétait de l’idéologie « libéraliste » du Traité de Rome et de son manque d’ambition sociale.

Aujourd’hui, la Grèce n’est plus vraiment souveraine : elle est prisonnière d’une Union européenne qui, telle Harpagon, s’inquiète plus de sa cassette que du sort des populations, et elle risque bien de l’être encore de nombreuses années, sans sursis. Aveuglée par les promesses, principalement économiques, d’une Union qui l’avait accueillie en 1981 et droguée, comme la plupart des pays du monde, à la logique infernale de la Société de consommation et au crédit, autre nom de l’endettement, la Grèce paye son « indiscipline financière » d’un prix plus élevé que ce qu’elle pourra jamais payer d’argent : la dévastation économique et sociale qui se marque par une désespérance des Grecs, y compris sur le plan démographique, comme une sorte de suicide programmé.

La suite